Sénégal : 71 journalistes ont été tués et 199 autres emprisonnés en 2015, selon le CPJ

Dakar, Sénégal (PANA) - Quelque 71 journalistes ont été tués dans le monde en relation directe avec leur travail en 2015, a révélé, jeudi, le Comité pour la protection des journalistes (CPJ), décrivant l'année comme la quatrième plus meurtrière depuis que l'observatoire des médias a commencé à tenir des registres en 1992.

Dans un communiqué transmis à la PANA à Dakar, au Sénégal, le CPJ a révélé que 30 parmi les journalistes tués, soit 42%, sont morts entre les mains de groupes extrémistes comme l'État islamique.

«Ces assassinats constituent plus de la moitié des 199 journalistes emprisonnés en 2015 sur des accusations anti-Etat, montrant comment la presse est prise entre auteurs d'actes terroristes et les gouvernements qui prétendent lutter contre les terroristes'', a-t-il déclaré.

En décembre, le CPJ rapporte que 69 journalistes ont été tués dans le monde du 1er janvier au 23 décembre 2015.

Il a souligné que le 27 décembre, Naji Jerf, rédacteur en chef du mensuel indépendant Hentah et producteur de films documentaires sur État islamique, a été assassiné en Turquie.

En outre, de nouvelles informations ont conduit le CPJ à confirmer que Ahmed Mohamed Al-Mousa a été tué dans le cadre de son travail. Al-Mousa, un éditeur de 23 ans de ''Raqqa is Being Slaughtered Silently'', a été abattu dans la province d'Idlib, le 16 décembre.

Le groupe de journalistes citoyens syriens a été honoré du Prix international du CPJ 2015 de la liberté de la presse en novembre.

Le communiqué ajoute qu'en 2015, la lutte contre l'impunité dans les assassinats de journalistes a obtenu un certain succès, avec au moins six condamnations dans le monde entier.

La base de données du CPJ des journalistes tués pour leur travail en 2015 comprenait des rapports en capsule sur chaque victime et une analyse statistique. Il a maintenu une base de données de tous les journalistes tués depuis 1992.

Le communiqué a souligné que le plaidoyer du CPJ a également contribué à la libération de prison d'au moins 50 journalistes, tandis que le nombre total en prison au moment de son recensement annuel a légèrement diminué par rapport aux trois dernières années.

Parmi les journalistes libérés, six ont été en vedette dans la campagne de presse sans ballonnet qui, en partenariat avec des étudiants de l'Université de Maryland, vise à sensibiliser des journalistes emprisonnés dans le monde entier.

"Bien que les journalistes soient toujours confrontés à des défis mondiaux importants, il y a des raisons d'espérer. En 2016, le CPJ va maintenir la pression sur les gouvernements à travers le monde pour permettre aux journalistes de travailler librement et en toute sécurité", a déclaré Courtney Radsch, directeur du plaidoyer du CPJ.
-0- PANA MLJ/AR/MTA/IS/SOC 07janv2016

07 janvier 2016 18:22:35




xhtml CSS