Selon un haut responsable onusien, le processus de paix de Doha entre dans une phase cruciale

New York, Etats unis  (PANA) – Le sous secrétaire général aux opérations de maintien de la paix de l’ONU, Atul Khare, a annoncé mardi que le processus de paix pour la résolution du conflit dans la région soudanaise du Darfour est entré dans une phase cruciale avec l’examen par les parties prenantes au conflit des textes qui composent le projet d’accord global.

S’exprimant lors d’une session du conseil de sécurité de l’ONU, Khare a indiqué : "les médiateurs qataris ont l’intention de présenter un projet d’accord de paix global avant le 27 avril aux trois parties engagées à part entière dans le processus  de paix''.

Il a cité le gouvernement soudanais, le Mouvement pour la justice et l’égalité et le Mouvement pour la libération et la justice comme étant les trois parties prenantes.

Il a indiqué que les parties examinaient les textes de cet accord qui couvrent les domaines  du partage du pouvoir et des richesses, du retour et de l’indemnisation des réfugiés et des personnes déplacées à l’interne, de la justice et de la réconciliation, des droits humains et des libertés fondamentales et des dispositions sécuritaires.

"Les médiateurs ont également indiqué qu'une conférence des acteurs rassemblant des représentants des parties intéressées par la crise du Darfour aura lieu à Doha du 18 au 23 mai. La conférence a pour but de créer un consensus sur les dispositions  de l’accord de paix global envisagé'', a affirmé le sous-secrétaire général.

Au sujet du processus de paix basé sur le Darfour (DPP) destiné à renforcer l’appui populaire au processus de paix de  Doha, Khare a insisté sur le fait qu’, "il doit avoir lieu dans un environnement qui garantira sa crédibilité" à travers la participation de tous les acteurs''.

Il a également noté que l’intention du gouvernement soudanais de lever l’état d’urgence entre dans le cadre de ces conditions.

Il a cependant exprimé sa préoccupation par rapport au refus continu de deux dirigeants de mouvements rebelles clés, Minni Minawi et  Abdul Wahid al-Nur, de participer au processus de paix au Darfour.

"L’appui de la communauté internationale est nécessaire pour réconcilier Minni Minawi et Abdul Wahid avec le processus de négociation", a indiqué Khare aux membres du conseil.

Au sujet de la situation à l’intérieur du Darfour, le responsable de l’ONU a indiqué que la mission de l’ONU/UA au Darfour (MINUAD) a reçu des informations sur des mouvements de troupes gouvernementales dans le Nord Darfour.

"Le gouvernement a informé la MINUAD que le mouvement accru de troupes était une mesure de précaution qui a été prise en raison de l’instabilité actuelle en Libye, pays voisin du Soudan et  à cause également des inquiétudes liées à la prolifération d’armes et aux activité rebelles", a-t-il noté.

Khare a également informé le conseil que trois membres d’équipage du service aérien humanitaire de l’ONU (UNHAS) sont en captivité depuis 98 jours après leur enlèvement dans la zone d’Um Shalaya située au Darfour Ouest le 13 janvier.

"Les Nations unies continuent à travailler avec le gouvernement pour obtenir leur libération", a-t-il ajouté.

Il a déclaré qu'il y eu une diminution des hostilités au Darfour le mois dernier mais il s’est dit préoccupé par les tensions dans le Nord et le Sud Darfour.

-0- PANA AA/VAO/AKA/TBM/SOC 21avril2011

21 avril 2011 21:23:22




xhtml CSS