Selon la BAD, la gouvernance est la clé pour stimuler le commerce intra-africain des produits du bois

Abidjan, Côte d'Ivoire (PANA) - Bien que l'Afrique accueille un nombre considérable de pays exportateurs de bois, la plupart de ces exportations sont des produits primaires, avec peu de valeur ajoutée, selon un nouveau rapport du Centre africain des ressources naturelles de la Banque africaine de développement.

Le rapport intitulé " Evaluer l'application des lois forestières, la gouvernance et le commerce en Afrique" a été lancé mercredi, coïncidant avec la Journée internationale des forêts. Il a souligné l'importance de la gouvernance forestière pour stimuler le commerce intra-africain des produits du bois.

« La foresterie contribue au développement économique, aux moyens de subsistance et à la durabilité environnementale des pays exportateurs de bois, principalement en Afrique centrale et dans les pays importateurs de bois d'Afrique de l'Ouest et du Nord.

"Les marchés d'exportation et d'importation en Afrique présentent une opportunité pour le commerce intra-africain, avec des avantages substantiels pour les populations des importateurs et des exportateurs", indique le rapport.

Il a noté: "En 2013, les pays africains ont exporté des produits ligneux d'une valeur d'environ 4,5 milliards de dollars américains. Parmi ceux-ci, les trois quarts étaient des produits primaires (grumes, bois sciés et placages). La même année, les importations de bois sur les marchés africains se sont élevées à 6,5 milliards de dollars, dont 8% (526 millions de dollars) étaient intra-régionaux. Le bois scié était l'importation de bois la plus importante avec 31% du total (2 milliards de dollars américains)".

Le rapport suggère que pour améliorer la gouvernance dans le secteur forestier en Afrique, il faudrait des cadres politiques, institutionnels et culturels permettant de coordonner et de contrôler les intérêts des ressources forestières.

Le rapport recommande un programme régional pour la promotion de la légalité dans le commerce du bois africain qui exploitera le secteur forestier à travers le commerce de produits ligneux légaux entre les marchés sous-régionaux africains.

"Il est impératif que nous accordions à la foresterie l'attention qu'elle mérite, et que la plantation d'arbres devienne une activité de routine à travers le continent", a déclaré Modibo Traoré, expert forestier et responsable du Centre africain des ressources naturelles, dans un appel à l'action.
0- PANA AR/MTA/BEH/SOC 21mars2018

21 mars 2018 20:20:56




xhtml CSS