Selon Béchir, le boycott des élections est une manière d’exercer son droit constitutionnel

Brazzaville, Congo (PANA) – Le gouvernement congolais a interdit aux musulmanes  installées au Congo de porter encore le voile en vue de lutter contre le terrorisme qui est déjà aux portes de certains pays frontaliers du Congo, a annoncé lundi soir à Brazzaville, le président du Conseil supérieur islamique du Congo, El Hadj Djibril Abdoulaye Bopaka, cité par la radio publique.

"Le Congo est un pays laïc, où toutes les religions sont présentes. Mais, les autorités ont constaté qu’il y a certaines personnes qui portent le voile pour commettre des actes mafieux. Le gouvernement a mené des enquêtes et arrêté certaines personnes. Il nous a dit qu’il ne veut plus voir les musulmanes porter le voile du visage jusqu’aux épaules, car dans d’autres pays, ce sont les femmes qui perpétuent les actes terroristes. Seul le port du foulard est autorisé", a expliqué El Hadj Djibril Abdoulaye Bopaka, qui s’est entretenu sur cette décision gouvernementale avec le ministre congolais de l’Intérieur, Zéphirin Raymond Mboulou.

Le président du Conseil supérieur islamique du Congo a également annoncé aux fidèles musulmans la mesure prise par les autorités congolaises interdisant aux personnes de nationalité étrangère de passer la nuits dans les mosquées.

"L’autre mesure concerne le contrôle des mosquées, parce que les musulmans centrafricains et camerounais qui ont des problèmes dans leurs pays respectifs viennent au Congo sans papiers et n’ont pas de résidence. Ils dorment dans les mosquées. C’est une mauvaise démarche parce que la mosquée est faite pour la prière et non pour dormir", a-t-il commenté.

Il a enfin informé les musulmans de la poursuite de l’opération de police "Mbata Ya Bakolo", la gifle des aînés, en langue nationale, qui vise à lutter contre la criminalité et l’immigration clandestine au Congo.

Lancée depuis le 20 janvier dernier, l'opération vise toutes les communautés étrangères vivant de manière illicite au Congo. Plusieurs sujets de la République Démocratique du Congo (RDC), du Mali, du Nigeria, du Sénégal, du Cameroun et du Niger ont été expulsés du territoire congolais faute de papiers.

"Si vous n’avez pas de papiers vous autorisant à vivre au Congo, vous serez reconduits dans votre pays d’origine, moyennant une amende. Nous avons demandé au ministre de l’Intérieur de nous accorder quinze jours pour sensibiliser tous les musulmans", a martelé El Hadj Djibril Abdoulaye Bopaka.

-0- PANA MB/TBM/SOC  27avril2015

27 avril 2015 21:27:00




xhtml CSS