Sassou Nguesso met fin à la transition politique au Congo

Brazzaville- Congo (PANA) -- Le président congolais, Denis Sassou Nguesso a officiellement mis fin à la transition politique de cinq ans qui a régi son pays depuis son retour aux affaires à la suite de la guerre civile (juin-octobre 1997) qui l'a opposé à son prédécesseur Pascal Lissouba, actuellement en exil à Londres.
"J'annonce solennellement la fin de la transition à compter de ce jour vendredi 9 août 2002 à minuit", a déclaré vendredi le chef de l'Etat congolais dans un message à la nation.
M.
Nguesso s'est félicité du bon déroulement de cette transition politique et de l'action du gouvernement dans le cadre les missions qui lui ont été assignées.
"Toutes ces missions ont été accomplies", a t-il ajouté.
Ce gouvernement dit "gouvernement d'union nationale et de salut public", mis en place en octobre 1997 avait, entre autres missions, celle de créer une dynamique de fonctionnement régulier des institutions de l'Etat, de pacifier le pays par l'arrêt total des hostilités et la réconciliation entre Congolais de toutes les sensibilités politiques et de toutes les origines ethniques.
Sur le point lié à la pacification, le Congo avait réussi un exploit en obtenant des belligérants une cessation des hostilités et un cessez-le-feu obtenu grâce une médiation du président gabonais, M.
Omar Bongo.
Les accords de cessation des hostilités et de cessez-le-feu conclus en novembre et décembre 1999 n'ont été violés que le 29 mars dernier, lorsque les miliciens Ninjas du pasteur Frederic Bitsangou, alias Jean Ntoumi attaquèrent des positions des forces gouvernementales dans la région du Pool.
A ce jour, la partie nord-ouest du Pool est théâtre d'accrochages réguliers entre les Ninjas et les forces gouvernementales.
Les miliciens ont perdu toutes leurs bases et continuent à mener des actions de guérilla.
Le gouvernement avait également pour mission d'élaborer et de faire adopter une nouvelle constitution.
Celle-ci a été adoptée à une majorité écrasante lors du referendum du 20 janvier dernier.
Elle consacre un régime présidentiel pour un mandat de sept renouvelable une fois seulement.
Elle prévoit un parlement bicaméral (Assemblée nationale et Sénat) qui ne peut démettre le président de la République qui, à son tour, ne peut dissoudre le parlement.
La nouvelle constitution entre en vigueur ce vendredi à minuit, selon le président Sassou Nguesso.
Une autre mission importante de ce gouvernement a été l'organisation des élections présidentielle, législatives, locales et sénatoriales.
L'élection présidentielle a été remportée par le président sortant, Denis Sassou Nguesso avec 89,41 pour cent, tandis que la quasi totalité des sièges à l'Assemblée nationale et sénat a été remportée par ses partisans.
Le président Sassou Nguesso sera investi le 14 août prochain.

09 Agosto 2002 17:14:00




xhtml CSS