Rsf dénonce l'enlevement d'un journaliste au Tchad

Paris, France (PANA) – L’organisation Reporters sans Frontières (Rsf) a dénoncé, dans un communiqué rendu public mardi, l'enlèvement, dimanche, du journaliste du journal "Tribune Info", Daniel Ngadjadoum et des intimidations à l’encontre de deux autres par l'Agence nationale de sécurité (Ans), le service de contre-espionnage et de renseignements tchadien qui dépend directement de la Présidence.

Daniel Ngadjadoum a été enlevé dimanche soir à la sortie de l'Eglise par deux hommes armés dans un véhicule sans immatriculation et aux vitres teintées et personne ne sait où il se trouve depuis, a indiqué Rsf.

Les raisons de cet enlèvement, selon certaines sources locales, seraient la tribune écrite par le journaliste le 22 février, intitulée "Idriss Déby, un président poker menteur" dans laquelle M. Ngadjadoum rappelait les interviews données par le président tchadien Déby au début des années 2000 promettant qu'il ne se représenterait pas, alors qu'il vient de se faire réélire en 2016 après avoir modifié la Constitution en 2005.

Par ailleurs, a ajouté Rsf, depuis plusieurs jours, les directeurs de publication, Eric Kokinangué de « Tribune Info » et Malachie Dionbé Mbaigara de « Mutations » ont dû entrer en clandestinité parce qu’ils subissent des menaces téléphoniques provenant de l'Ans.

"Reporters sans frontière dénonce ces méthodes d'intimidations contre les journalistes et exhorte les autorités à respecter l'Etat de droit. Ce genre de pratiques ne font que perpétuer l'insécurité ambiante et une impunité incompatible avec une démocratisation durable du pays", a déclaré Cléa Kahn-Sriber, responsable du bureau Afrique.

Le président de l'Union des journalistes tchadiens a dénoncé ces actes de violence et appelé ceux qui se sentent lésés par les journalistes à avoir recours aux institutions judiciaires plutôt que de recourir à la terreur.

L’organisation pour la défense des journalistes rappelle que depuis les élections en avril 2016, le Tchad a été soumis à une coupure totale des réseaux sociaux, rétablis il n'y a que quelques semaines et que les arrestations arbitraires de journalistes et intimidations contre les médias sont fréquentes, alimentant un climat de peur et limitant ainsi les critiques du pouvoir.

Le Tchad occupe la 127ème  place sur 180 pays au classement annuel 2016 établi par Rsf, gagnant huit places par rapport au classement de 2015.
-0- PANA BM/BEH/IBA 28fév2017

28 february 2017 14:37:02




xhtml CSS