Rôle limité de la société civile ouest-africaine

Cotonou- Bénin (PANA) -- La société civile ouest-africaine joue un rôle limité dans la médiation des crises récurrentes que connaît plusieurs pays de la région, a estimé mercredi à Cotonou John Igué, président du Club de veille pour la paix en Afrique de l'Ouest.
Dans une communication devant le Forum des partis politiques, médias et société civile sur la consolidation de la paix en Afrique de l'Ouest, M.
Igué a affirmé qu'en dépit de la création, depuis peu, d'une multitude d'associations dont l'intention est de s'impliquer dans la recherche d'une paix durable, le rôle de la société civile reste limité dans la région.
Cette société civile qui paraît de loin la plus indiquée pour créer les meilleures conditions de dialogue et d'information en raison de sa neutralité, et surtout parce qu'étant la première victime des conflits, limite ses interventions "plus à des intentions qu'a des actions concrètes et vigoureuses".
Le manque de moyens et la complexité de la tâche à accomplir constituent autant d'obstacles empêchant la société civile d'être plus efficace dans la prévention des conflits, le traitement des situations conflictuelles et des sorties de crise, indique-t-on.
Ouvert mardi et prévu pour prendre fin vendredi, le forum de Cotonou a été initié par le Club de veille sur la paix et la sécurité en Afrique de l'Ouest et le Club du Sahel et de l'Afrique de l'Ouest.
Regroupant quelque 300 participants en provenance de 18 pays d'Afrique et d'ailleurs, il vise à favoriser le dialogue et l'interaction entre l'exécutif, le législatif et le judiciaire, sur leurs rôles respectifs, à l'échelon local et national, dans la construction, la consolidation de la paix et de la démocratie en Afrique de l'Ouest.

29 june 2005 18:15:00




xhtml CSS