Réunion peu concluante des Premières dames à Accra

Accra- Ghana (PANA) -- L'Organisation des Premières dames africaines contre le VIH/SIDA a prévu une réunion extraordinaire soit au Mali, soit en Ethiopie, à une date non encore déterminée, suite aux délibérations peu concluantes de sa cinquième Assemblée générale annuelle à Accra lundi.
Cette réunion, qui se tenait en marge du Sommet de l'UA à Accra, n'a pas donné les résultats escomptés pour des contraintes de temps, mais la Première dame zambienne et présidente de l'organisation, Maureen Mwanawasa, a déclaré à la presse qu'elle a été un succès et que ses membres avaient renouvelé leur engagement dans la lutte contre la pandémie du VIH/SIDA.
Elle a expliqué que la réunion avait également examiné des questions administratives.
La réunion s'est félicité de l'Initiative "Traiter chaque enfant comme le vôtre" et discuté de la "Campagne des Premières dames pour sauver les enfants à naître", sélectionnées comme les principaux centres d'intérêt des activités de l'organisation pour l'année prochaine.
Theresa Kufuor, la Première dame du Ghana, qui a ouvert la réunion, a noté avec inquiétude que malgré le fait que la pandémie soit la quatrième principale cause de mortalité dans le monde, de nombreuses personnes pensaient toujours ne pas être exposées.
Elle a déclaré que la stigmatisation et la discrimination des Personnes vivant avec le SIDA n'encourageaient pas les gens à se faire dépister et à révéler leur statut à leurs partenaires.
Elle a fait remarquer que les femmes étaient davantage exposées à l'infection en raison de situations de conflit endémiques, ainsi que de leur subordination sociale, politique et sexuelle.
Mme Kufuor a estimé que l'inégalité de l'accès des femmes et des filles aux services de Santé liés au VIH augmentait les infections, particulièrement chez les jeunes, qui ont représenté 40% de toutes les nouvelles infections en 2006 parmi les personnes âgées de 15 ans ou plus.
Elle a rappelé que l'organisation des Premières dames avait été mise sur pied pour l'élaboration de stratégies appropriées pour la prévention du VIH/SIDA et pour mener un plaidoyer pour des stratégies efficaces de traitement et de prise en charge des Personnes vivant avec le SIDA.
Elle a invité les Première dames à prendre davantage conscience de l'impact négatif de la pandémie sur leurs populations et à s'impliquer davantage pour faire la différence dans leurs vies.
Le directeur général de la Commission ghanéenne sur le SIDA, Sakyi Awuku Amoah, a déclaré que le Ghana a actuellement un taux de prévalence de 2,2% et que sa capacité à le réduire reposait sur le degré de connaissance de la maladie, la volonté des partenaires au développement de contribuer à financer la réaction nationale et la capacité de la Commission à générer des fonds au niveau local pour soutenir la réaction nationale et s'assurer de sa viabilité.
Turai Yar'Adua, la Première dame du Nigeria, a été admise comme nouvelle membre de l'Organisation.

03 juillet 2007 13:56:00




xhtml CSS