Réunion d'urgence à la Ligue arabe sur la situation en Libye

Tripoli, Libye (PANA) - La Ligue des Etats arabes a convoqué demain, jeudi, une réunion d'urgence au Caire, au niveau des délégués permanents sur la situation en Libye, pays en proie à une escalade de la violence, a indiqué le Secrétaire général-adjoint de l'organisation, Ahmed Ben Hali.

Prévue au Caire, cette rencontre consultative intervient sur convocation du Secrétaire général, Nabil Al-Arabi pour informer les délégués des contacts et consultations en cours sur la situation en Libye.

La réunion vise aussi à soutenir la mission du représentant du Secrétaire général en Libye, Naser Al-Koudwa chargé de mener une médiation en vue d'une réconciliation nationale en Libye.

De son côté, le représentant du Secrétaire général de la Ligue arabe en Libye, Naser Al-Koudwa a annoncé que des contacts et consultations sont menés par Nabil Al-Arabi avec les ministres des Affaires étrangères d'Egypte, de Libye, du Koweït, de Tunisie, d'Algérie et du Soudan pour la tenue d'une réunion ministérielle d'urgence sur la Libye.

"Les choses vont dans le sens d'une réunion d'urgence des ministres des Affaires étrangères arabes en marge de la rencontre des ministres des Affaires étrangères des Pays non-alignés prévue le 27 mai courant en Algérie", a indiqué M. Al-Koudwa au cours d'une conférence de presse.

Il a ajouté que le Secrétaire général a initié davantage de consultations avec les parties libyennes, les pays arabes en général et les pays riverains de la Libye en particulier, ceux qui ont une emprise directe sur les événements en Libye, ainsi que les Nations unies en vue de la mise en place d'une vision générale et d'un plan d'action arabe pour la Libye.

Il a plaidé pour un appui "conséquent" des pays arabes pour traiter la situation en Libye, affirmant sa disponibilité à aller en Libye, mais que des responsables libyens lui ont conseillé de reporter ce voyage jusqu'à la formation du nouveau gouvernement.

Le représentant du Secrétaire général de la Ligue arabe a précisé avoir des contacts directs avec le gouvernement libyen, notamment le ministre des Affaires étrangères, ainsi que tous les protagonistes en vue de trouver une solution à la crise.

Une crise politique couvant depuis la chute en 2011 du régime de Kadhafi, a été exacerbée par la nomination controversée le 4 mai dernier d'un nouveau Premier ministre et les péripéties du vote de confiance à son gouvernement.

Une opération menée, vendredi, par des troupes de l'ex-général Khalifa Haftar pour purger la ville de Benghazi des groupes terroristes ayant conduit à des affrontements avec des milices islamistes, tuant 79 personnes et en blessant 141 autres, a attisé les antagonismes entre Libyens.

-0- PANA BY/IS/IBA 21mai2014

21 mai 2014 17:31:02




xhtml CSS