Rencontre de l’Onusida à Dakar pour un plan régional de lutte 2016-2021

Dakar, Sénégal (PANA) - Le bureau régional Afrique de l’Ouest et du Centre de l’ONUSIDA basé à Dakar, organise du 1er au 02 avril 2015 dans la capitale sénégalaise, une consultation régionale pour trouver une stratégie de lutte contre la maladie dans la période allant de 2016 à 2021.

Selon le directeur régional de l’Organisation en Afrique de l’Ouest et du Centre, le Dr Mamadou Diallo, la rencontre vise à «recueillir les avis, les opinions, les idées de l’ensemble des acteurs de la réponse contre le Sida dans le région pour informer et guider l’exercice de remise à niveau et reconstruction de développement de la nouvelle stratégie de l’ONUSIDA en Afrique de l’Ouest et du Centre et dans le monde pour la période 2016-2021».

Cet objectif général de la rencontre fera ressortir des aspects tels que les impacts que les nouvelles conjonctures au plan mondial peuvent avoir sur l’épidémie et les moyens de lutte dans la région.

Le directeur exécutif-adjoint de l’ONUSIDA, Luiz Loures, venu prendre part aux travaux, a estimé qu’il «faut changer la façon de faire et accélérer le pas, sinon dans quinze ans, nous serons toujours ici à spéculer sur ce que nous devons faire».

Pour faire changer les choses et en finir avec les infections à VIH, M. Loures invite à revoir la façon dont les personnes vivant avec la maladie sont prises en charge. Il trouve que les structures de santé ne doivent plus être les seuls endroits pour les malades du Sida d’avoir des soins et services. «Il faut aller vers les communautés pour pouvoir apporter l’information et les soins de santé aux personnes qui en ont besoin», précise-t-il.

Le directeur exécutif-adjoint a, une fois encore, dénoncé la stigmatisation qui persiste contre les Personnes vivant avec le VIH (PVVIH). «La communauté doit tendre la main aux PVVIH quels que soient leurs orientations sexuelles, leur mode de vie, leur niveau de revenu afin qu’elles soient protégées et que leurs proches soient également protégés», a ajouté Luiz Loures.

Le deuxième responsable de l’organisme onusien de lutte contre le Sida a également plaidé pour une production locale des médicaments antirétroviraux. Il a estimé que: « Cela permettra de réduire les coûts de ces produits et créera dans les pays de la région, une nouvelle économie du savoir».

Luiz Loures a aussi invité les populations de l’Afrique de l’Ouest et du Centre à aller se dépister pour connaître leur statut sérologique. «Si vous découvrez que vous êtes porteur de ce virus, ce n’est pas une condamnation à mort. C’est l’occasion pour vous de vous signaler pour qu’on vous donne le traitement car, étant traité, vous restez en vie et en bonne santé, vous continuerez de travailler pour soutenir votre famille et surtout, avec l’évolution actuelle de la science, vous perdez la capacité de transmettre la maladie aux personnes qui vous sont chères ».

Cette rencontre, de deux jours, réunie une centaine de participants dont le vice-ministre ghanéen du  Genre, des Enfants et de la Protection sociale, John Alexanderr Ackon et les représentants des conseils nationaux de lutte contre le Sida dans la région Ouest et Centre de l’Afrique.

-0- PANA KARL/IS/IBA 1eravr2015

01 avril 2015 17:34:50




xhtml CSS