Réflexions autour des entraves de la libre circulation des personnes et des biens dans l’espace communautaire

Niamey, Niger (PANA) – Des experts de la Cedeao et de l’Uemoa ont entamé, jeudi à Niamey, un examen détaillé de toutes les difficultés qui retardent la réalisation d’une sous-région ouest-africaine débarrassée des tracasseries et la non application intégrale des textes communautaires.

La réunion qui se tient dans le cadre d’une Task Force de la Cedeao, consacrée sur le bilan des missions de plaidoyers sur le schéma de libération des échanges de la Cedeao dans les Etats membres, va se pencher également sur la persistance d’un nombre élevé de postes de contrôle sur les corridors et la perception illicite (racket).

A l’ouverture de cette rencontre, le président de la Task Force, le général de corps d’armée, le Nigérien Salou Djibo, dira en substance que « les attentes sont nombreuses et multiformes de la part de nos braves populations qui n’aspirent qu’à profiter et jouir pleinement et sans entrave aucune de la libre circulation des personnes et des biens, le droit de résidence et d’établissement que leur confèrent les textes communautaires de la Cedeao.

« La Task Force vous a fait venir, vous de la Commission de la Cedeao, vous de la commission de l’Uemoa, vous des structures de la Task Force, vous des donateurs, pour qu’ensemble nous puissions mutualiser nos expériences, nos imaginations et nos compétences pour arrêter de commun accord des actions fortes, audacieuses et innovantes pour lever durablement les barrières au commerce intra régional ».

Ouvrant les travaux de cette rencontre, la ministre nigérienne chargée de l’Intégration africaine et des  Nigériens à l’Extérieur, Mme Lamido Salamatou Bala Goga, a déclaré que « la libre circulation des personnes et des biens est un instrument puissant qui permet la croissance et le développement. C’est pourquoi, la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernent  tenue à Abuja, a décidé de tout mettre en œuvre pour accélérer l’intégration sous-régionale vitale pour nos économies ».

Mme Lamido Salamatou a par la suite appelé les participants à cette réunion de trois jours, de procéder à un examen détaillé de toutes les difficultés qui retardent la réalisation d’une sous-région débarrassée de tracasseries, de  la non application intégrante des textes communautaires, de la persistance d’un nombre élevé de postes de contrôle sur le corridor et  la perception illicite.

Le commissaire de la Cedeao chargé du Commerce, de la Douane et de la libre circulation, M. Laouali Chaibou, disait pour sa part que la ‘’Task Force a été conçue comme une structure indépendante qui travaille sans influence aucune et avec pour mission d’interpeller et faire appliquer par les Etats les nombreux textes réglementaires qui gouvernent la circulation des personnes et des biens.

Il est attendu de cette rencontre des recommandations fortes qui permettront la mise en œuvre de l’Union douanière et du Marché commun, tout en mettant en place des solutions contre les tracasseries et les perceptions illicites aux frontières et sur les corridors des Etats membres de la Cedeao.

On rappelle que c’est le 25 octobre 2013 qu’une Task Force a été créée en vue de lever les nombreuses barrières qui freinent la libre circulation des personnes et des biens dans l’espace Cedeao.

La Cedeao a été créée par le Traité de Lagos (Nigeria) le 28 mai 1975 et comptait 16 Etats membres: le Bénin, le Cap-vert, le Burkina Faso, la Côte d’ivoire, la Gambie, le Ghana, la Guinée Bissau, le Liberia, le Mali, le Niger, le Nigeria, la Mauritanie, le Sénégal, la Sierra Leone et le Togo.

La Mauritanie s’est depuis lors retirée de l’Organisation en 2001 qui compte dorénavant 15 Etats membres. D’autres pays du Continent, le Tchad et le Maroc, ont déjà manifesté  leur volonté politique d’intégrer cette organisation qui entend promouvoir la coopération et le développement dans tous les domaines de l’activité économique particulièrement  l’industrie, les transports, les télécommunications, l’énergie, les ressources naturelles, l’agriculture, le commerce, les questions monétaires et financières.
-0- PANA SA/BEH/IBA 12oct2017

12 octobre 2017 15:02:38




xhtml CSS