Réaction de RSF à la suspension d'un journal

Dakar- Sénégal (PANA) -- L'organisation internationale, Reporters sans frontière (RSF), a protesté auprès de la Commission nationale de la presse (CNP) ivoirienne contre la "suspension jusqu'à nouvel ordre" du journal Solidarité Paalga.
Selon un communiqué de RSF, reçu vendredi à la PANA, M.
Robert Ménard a demandé à Eugène Die Kacou, président de la CNP de revenir sur sa décision.
"C'est la première fois qu'un journal est suspendu en Côte d'Ivoire depuis l'arrivée au pouvoir de Laurent Gbagbo, en octobre 2000", a précisé M.
Ménard, secrétaire général de RSF.
"Il semble, en effet, que cette publication ne respecte pas certaines dispositions de la loi sur la presse, mais rien ne justifie cette suspension indéfinie qui est une atteinte à la liberté de la presse", a-t-il ajouté.
Selon les informations recueillies par RSF, la CNP a décidé, dans une lettre datée du 12 avril 2001, de suspendre la parution du bimensuel Solidarité Paalga "jusqu'à nouvel ordre".
La CNP invoque trois raisons: la nationalité burkinabé du directeur de la publication, Nicolas Sahouidi, le non-respect du dépôt légal et l'absence de journalistes professionnels au sein de la rédaction.
M.
Sahouidi, joint par RSF, a expliqué que son journal a reçu une autorisation de parution du ministère ivoirien de l'Intérieur et du service du dépôt légal, et que sa nationalité burkinabé était précisée dans les documents nécessaires à l'établissement de ces autorisations.
Il ajoute par ailleurs que Solidarité Paalga a toujours remis des exemplaires au service du dépôt légal et à la CNP, comme spécifié dans la loi.
Enfin, tout en reconnaissant que personne, au sein de sa rédaction, ne possède une carte de presse, il explique que la loi ivoirienne qualifie de "journaliste professionnel" celui qui collecte et diffuse des informations et qui en tire le principal de ses revenus.

27 avril 2001 17:28:00




xhtml CSS