RSF demande au gouvernement tchadien de mettre fin à la censure des réseaux sociaux

Paris, France (PANA) – Reporters sans frontières (RSF) a demandé vendredi au gouvernement tchadien de mettre fin à la forte perturbation qui touche depuis deux semaines les applications WhatsApps et Facebook au Tchad survenue après des mécontentements à l'issue d'un forum de révision institutionnelle et de fortes tensions au sein de la famille du Président Idriss Déby.

"A chaque fois que des tensions surviennent dans l'actualité politique ou sociale tchadienne, le réseau internet est perturbé quand il n'est pas tout simplement coupé. Le pays s'illustre désormais comme étant l'un des pires censeurs en ligne d'Afrique subsaharienne. Les autorités tchadiennes doivent rétablir l'accès complet à internet dans le pays », a dénoncé RSF.

Pour l’organisation des journalistes, les applications ont commencé à dysfonctionner à l’issue d’un forum sur la réforme des institutions organisé du 19 au 27 mars par le régime mais boycotté par l’opposition, qui a servi à instaurer une VIème République et à renforcer les prérogatives du Président Idriss Déby au pouvoir depuis 1990.

Par ailleurs, RSF a expliqué également des tensions au sein de l’ethnie du président dont des post haineux sur les réseaux sociaux que le Président Déby a évoqués personnellement, peuvent être à l’origine de ces coupures.

L’organisation a aussi signalé qu’en 2016, à la suite de la réélection d'Idriss Déby fortement contestée par l’opposition, une coupure d'internet pendant plusieurs semaines et des réseaux sociaux pendant huit mois a été constatée, alors que les autorités tchadiennes avaient évoqué des "raisons de sécurité".

Par ailleurs, le 25 janvier dernier, le réseau a également été coupé pendant 24 heures, le jour où une manifestation contre les mesures d'austérité avait été interdite.

« L'accès à internet est reconnu par l'ONU comme un droit fondamental depuis 2016 », a rappelé RSF.
-0- PANA  BM/BEH/SOC 17avr2018

17 Abril 2018 18:07:11




xhtml CSS