RDC: "L'accès des enfants à l'éducation menacé par la violence dans la région du Kasai" (Unicef)

Kinshasa, RD Congo (PANA) - Une grande campagne pour ramener 150 mille enfants d'âge scolaire en classe a débuté dans la région volatile du Kasaï en République démocratique du Congo (RDC) après des mois d'affrontements entre les milices et les forces de sécurité.

Ces affrontements ont déplacé des milliers de familles et ont laissé 850 mille enfants sans accès à des services essentiels comme l'éducation et les soins de santé, a déclaré le Fonds des Nations unies pour l'Enfance (Unicef).

L'Unicef estime que dans les cinq provinces les plus touchées par la crise - Kasai, Kasai Central, Kasai Oriental, Sankuru et Lomami - 440 mille enfants ont été empêchés de terminer l'année scolaire précédente en raison de l'insécurité.

Depuis le début de la crise, plus de 400 écoles ont été attaquées et la peur de la violence signifie que les parents sont réticents à envoyer leurs enfants à l'école.

"Il est crucial pour les enfants de retourner à l'école pour restaurer un sens de la normalité dans leur vie après des mois de peur et d'incertitude", a déclaré Dr Tajudeen Oyewale, représentant intérimaire de l'Unicef en République démocratique du Congo, a indiqué l’agence dans un communiqué vendredi.

La campagne de retour à l'école menée par l'Unicef et ses partenaires dans la région du Kasaï comprend des activités de communication encourageant les parents à inscrire leurs enfants, la distribution de matériel scolaire pour les enfants les plus vulnérables et la formation de 2 .750 enseignants dans l'éducation à la paix et le soutien psychosocial.

L'Unicef a déclaré qu'afin de créer un retour sûr à l'école, il a soutenu la formation des enseignants et a sensibilisé les communautés aux risques liés aux mines et aux restes de guerre dans le milieu scolaire.

La violence, qui a commencé il y a un an, s'est développée dans toute la région du Kasaï et même au-delà, obligeant des milliers d'enfants et leurs familles à fuir dans les brousses pour échapper aux combats.

«Les enfants, qui sont rentrés chez eux après s'être cachés pendant des mois, ont tous parlé de leur envie d'être de retour à l'école», a déclaré Oyewale. "Il en va de même pour tous les enfants qui ont été forcés de participer aux hostilités d'une manière ou d'une autre. Ils tendent vers l'avenir et savent que l'éducation est une voie à suivre ".

Jusqu'à présent, l'Unicef et ses partenaires ont touché plus de 500 mille personnes victimes de la crise dans la région du Kasaï avec des interventions vitales, des transferts monétaires à plusieurs fins, du matériel pédagogique, des articles essentiels non alimentaires et des interventions de protection de l'enfance.

Au début de septembre, l'Unicef a expédié 35 tonnes d'articles non-alimentaires et des fournitures d'eau et de nutrition offertes par le Bureau de l'aide étrangère aux États-unis (Ofda/Usaid) au Kasaï, dont a bénéficié 120 mille personnes déplacées.
-0- PANA MA/MTA/BEH/IBA 17sept2017

17 septembre 2017 00:00:01




xhtml CSS