RD Congo: La RDC annonce une épidémie de la maladie du virus Ebola dans la province de Bas-Uélé

Kinshasa, RD Congo (PANA) – Une épidémie de la maladie du Virus de l'Ebola (MVE) a été signalée vendredi, et le ministre de la Santé publique de la République démocratique du Congo, Oly Ilunga Kalenga, a informé l'Organisation mondiale de la santé (OMS) dans le District de santé de Likaki au nord d'Aketi, dans la province du Bas-Uélé, à plus de 1 300 km de la capitale, Kinshasa.

L'annonce a suivi la confirmation de la maladie par l'Institut national de recherche biomédicale (INRB), le laboratoire national de référence.

"Parmi les cinq échantillons de sang prélevés sur des cas suspects et analysés à l'INRB, une a été testée positive au virus Ebola (stéréotype Zaïre) en utilisant une réaction en chaîne en polymérase en temps réel", a indiqué le ministre dans une lettre adressée au représentant de l'OMS en RDC et a demandé "l'appui de celle-ci pour renforcer la riposte à cette épidémie".

Depuis le 22 avril 2017, neuf cas suspects de VME ont été signalés, dont trois décès dans le district de santé de Likati, ce qui signifie un taux de létalité de 33,3%, selon une évaluation officielle du 11 mai 2017.

«Le bureau-pays de l'OMS en RDC travaille en étroite collaboration avec les autorités nationales et provinciales, ainsi qu'avec le Bureau régional de l'OMS pour l'Afrique, le siège de l'OMS à Genève et tous les autres partenaires pour faciliter le déploiement des agents de santé et des trousses de protection sur le terrain pour renforcer la surveillance épidémiologique et le contrôle rapide de l'épidémie", a déclaré le Dr Yokouidé Allarangar, représentant de l'OMS en RDC.

Le Dr Allarangar a également annoncé que le Dr Matshidiso Moeti, directeur régional de l'OMS pour l'Afrique, arrivera à Kinshasa ce week-end pour assister à une réunion de coordination du comité national du ministère de la Santé pour faire face à cette situation et veiller à ce que l'OMS fournisse toute l'assistance nécessaire à la RDC.

L'OMS a également élaboré un plan logistique complet pour répondre aux besoins urgents.

"Les premières équipes d'épidémiologistes, de biologistes et d'experts dans les domaines de la mobilisation sociale, de la communication sur les risques et de l'engagement communautaire, ainsi que du personnel spécialisé dans l'eau, l'hygiène et l'assainissement, doivent arriver dans la zone touchée aujourd'hui ou demain, via Kisangani", le centre administratif de Tshopo (350 km de Buta), a ajouté Allarangar.

"Le district de santé de Likati se trouve dans une région éloignée, mais le traçage des contacts est essentiel pour contenir l'épidémie dans son objectif : la RDC peut compter sur des agents de santé très expérimentés à cette fin", a-t-il déclaré, faisant appel à d'autres partenaires pour travailler avec le pays pour mettre en place une approche multi-sectorielle coordonnée de manière appropriée.

Médecins Sans Frontières, l'ONG ALIMA, le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), l'Alliance Gavi, le Programme alimentaire mondial/Service aérien humanitaire des Nations Unies (PAM-UNHAS) et la Mission de stabilisation des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUSCO) sont prêts à apporter leur soutien aux autorités de la RDC.

L'épidémie confirmée est centrée sur la zone de santé de Nambwa, à environ 130 km de Buta, le centre administratif de la province du Bas-Uélé, qui partage une frontière avec la République centrafricaine. C'est la huitième épidémie MVE en RDC depuis 1976.

L'épidémie enregistrée la plus récente était en août 2014 dans la région de Boende, où la maladie a été maîtrisée après qu'elle a commencé à Lokolia, maintenant dans la province de Tshuapa.
-0- PANA AR/MTA/IS/SOC 12mai2017

12 mai 2017 18:12:49




xhtml CSS