RD Congo : Lancement par MSF d'une campagne de vaccination contre Ebola dans le pays

Kinshasa, RDC (PANA) - L'ONG médicale, Medecins Sans Frontières (MSF) a annoncé avoir commencé à vacciner contre Ebola, les travailleurs frontaliers à Bikoro, dans la Province de l'Equateur, en République Démocratique du Congo (RDC), où des équipes travaillent avec le ministère de la Santé et l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), ces dernières semaines. Ce vaccin expérimental sera également proposé aux contacts des patients.

Dans un communiqué sur son site web, l'organisation indique que le vaccin (rVSVDG-ZEBOV-GP) est utilisé dans le cadre de la stratégie globale pour contrôler l'épidémie d'Ebola.

Ce vaccin expérimental n'a pas encore reçu d'autorisation de mise sur le marché et il est administré dans le cadre d'un protocole d'étude, qui a été accepté par les autorités nationales et le Comité Ethique de Kinshasa, ainsi que le Comité Ethique de MSF. Ce protocole définit à qui, quand et comment le vaccin doit être administré.

Les participants sont informés sur le vaccin avant de donner leur consentement et ils seront surveillés étroitement pendant un certain temps après avoir été vaccinés. La participation est volontaire et le vaccin est gratuit.

Le vaccin sera administré dans le cadre d'une "approche en anneau". Ce qui nécessite d'identifier les nouveaux cas diagnostiqués et les cas confirmés par des tests de laboratoire et de localiser les personnes qui ont été en contact avec les malades. Ces personnes et leurs contacts - souvent des membres de la famille, des voisins, des collègues et des amis du patient - vont constituer cet "anneau". Les personnels médicaux qui soignent des malades atteints d'Ebola se verront proposer d'être vaccinés, puisque s'ils sont les plus exposés au virus.

MSF a expliqué que la vaccination en anneau permet de s'assurer que les personnes vaccinées dans cet "anneau" créent une zone-tampon - ou un anneau de protection - pour prévenir la propagation de l'infection.

En collaboration avec le ministère de la Santé, l'OMS et d'autres agences, MSF et son épicentre pour la recherche épidémiologique ont été impliqués dans des expérimentations de vaccin à Conakry, en Guinée à la fin de l'épidémie d'Ebola en 2015.

"Sur la base des résultats des essais précédents, nous sommes confiants dans l'utilisation de ce vaccin pour cette épidémie actuelle. Etant donné que ce vaccin n'a pas encore été autorisé, nous allons surveiller étroitement la vaccination", a déclaré le Dr. Micaela Serafina de MSF Genève.

Les résultats de l'expérimentation suggèrent que ce vaccin présente un réel avantage pour les personnes qui présentent un risque élevé de contraction de la maladie d'Ebola en les protégeant contre l'infection. Cependant, la vaccination reste juste un outil supplémentaire dans la lutte contre cette maladie. L'identification des patients et de leurs contacts est la première étape".

Les personnes qui sont vaccinées continuent à suivre les mêmes protocoles de lutte contre l'infection que lors des épidémies précédentes et les personnels médicaux qui soignent les malades atteints d'Ebola vont continuer à porter un équipement de protection.

Selon le communiqué, les piliers de la riposte à une épidémie d'Ebola doivent être les mêmes afin de contrôler la propagation de la maladie. Il s'agit de la prise en charge médicale et psychologique et de l'isolement des malades ; les activités d'information consistent à retrouver et suivre les contacts ; informer les populations sur la maladie, comment la prévenir et où se faire soigner ; du soutien aux structures médicales existantes et d'une adaptation temporaire du comportement culturel, particulièrement en ce qui concerne les rites funéraires.

L'épidémie actuelle s'est déclarée, le 08 mai dans le Nord-Ouest du pays. A la date du 28 mai, 35 cas confirmés d'Ebola ont été recensés qui ont entraîné 12 décès, selon les chiffres du ministère de la Santé de la RDC.
-0- PANA MA/FJG/IS/IBA 31mai2018

31 mai 2018 15:15:37




xhtml CSS