Quatre personnes tuées dimanche dans une attaque à la voiture piégée au Mali

Bamako, Mali (PANA) - Quatre civils ont été tués dimanche lorsqu'un véhicule piégé a pris pour cible une colonne d'engins de combat de la force française "Barkhane" au centre-ville de Gao, à 1.200 km au nord de Bamako, a appris la PANA de source locale.

L'explosion a également fait 24 blessés parmi les civils et les militaires français de la force française "Barkhane", dont quatre éléments ont été grièvement touchés, ainsi qu'une femme enceinte et plusieurs enfants.

Selon la même source, c’est un véhicule piégé, de type 4×4 Toyota, chargé de "bourgou" (herbes pour animaux) qui est rentré dans la colonne des BRDM de la force "Barkhane" stationnés dans la zone pour prévenir toute attaque djihadiste.

Avant l’attaque, un soldat français avait demandé au chauffeur du véhicule suspect d’éteindre le moteur. Entre-temps, un des occupants du véhicule est descendu pour monter sur une moto prête à démarrer.

Subitement, le véhicule 4×4 de marque Toyota a explosé entre les engins des soldats français qui patrouillaient dans cette zone.

Après l'attaque, les Forces armées maliennes (FAMAs) ont immédiatement sécurisé la zone et évacué les morts et blessés vers l’hôpital de Gao. Des hélicoptères de la force "Barkhane" ont passé toute la journée de dimanche à survoler la ville.

Les autorités administratives de Gao, accompagnées du colonel Vidal de la Force "'Barkhane" à Gao et du chef de bureau de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation du Mali (MINUSMA) se sont rendues au chevet des blessés à l’hôpital de Gao.

Dans un communiqué, le chef de la force française a condamné cette "attaque terroriste lâche" qui a concerné la population de Gao et la force "Barkhane". "Nous sommes déterminés à les affronter jusqu’au bout", a-t-il dit.

Quant au chef de bureau de la MINUSMA, Oumar Ba, il a qualifié l’attentat "d’acte lâche et ignoble" sur de paisibles populations. "Il s’agit, pour nous, forces de la MINUSMA, de "Barhkane" et des FAMA, de nous montrer déterminées à affronter les terroristes", a-t-il dit.

Vendredi, les terroristes ont attaqué à la voiture piégée, le camp de la force conjointe du G5 Sahel à Sévaré dans la région de Mopti (Centre-Mali), tuant deux militaires et un civil maliens. Deux assaillants ont été tués et quatre autres arrêtés, rappelle-t-on.
-0- PANA GT/JSG/IBA 02juil2018

02 july 2018 10:57:44




xhtml CSS