Publication du calendrier électoral en RCA

Bangui- Centrafrique (PANA) -- Le président de la Commission électorale mixte indépendante (Cémi) de la République Centrafricaine, M.
Jean Willybiro Sako, a présenté ce samedi au cours d'un petit déjeuner de presse, le calendrier des échéances électorales de mars 2005, devant conduire à un retour à l'ordre constitutionnel dans ce pays.
Ce calendrier prévoit pour le 28 novembre 2004, un référendum constitutionnel, dont la proclamation des résultats définitifs interviendrait au plus tard le 12 décembre et des élections législatives et présidentielle qui démarreraient le 30 janvier 2005 (premier tour) pour s'achever le 14 mars 2005, date de la proclamation des résultats par la Cour constitutionnelle de transition.
«Ce chronogramme a été présenté dès vendredi au chef de l'Etat, centrafricain, qui l'a approuvé dans son intégralité, a déclaré M.
Willybiro Sako, qui a par ailleurs indiqué que «les dates qui sont arrêtées, l'ont été avec le concours de tous les partenaires».
La publication de ce calendrier électoral intervient 2 jours avant le démarrage à Bangui, d'un séminaire de formation de 5 jours devant permettre, selon le président de la Cémi, à des membres des comités locaux de la Cémi (2 par comité local), d'avoir la maîtrise de la méthodologie adoptée pour le recensement électoral, ainsi qu'une bonne interprétation du code électoral.
S'agissant du financement du processus électoral, M.
Willybiro Sako a indiqué que les moyens actuellement mobilisés permettent «d'amorcer le déroulement des activités dans d'assez bonnes conditions, malgré un gap important autour de 2 milliards F CFA qui concerne l'appui à la prise en charge du personnel pour la tenue des bureaux de vote, la sécurité, la communication et la sensibilisation».
Arrêté le 10 août dernier par un décret présidentiel, le budget des élections accuse un gap de 2 milliards 333 millions 27243 F CFA.
Jusqu'ici, les financements disponibles proviennent du gouvernement centrafricain (1 milliard F CFA), de l'Union européenne (1 milliards 798 millions 101693 F CFA) et du Programme des Nations Unies pour le développement (323 millions 523267 F CFA).
Initialement prévu pour démarrer en octobre prochain, avec l'organisation du référendum constitutionnel, les scrutins prévus dans le chronogramme dévoilé ce samedi à Bangui, devraient permettre à la République Centrafricaine de renouer avec la légalité constitutionnelle, après le coup d'Etat du 15 mars 2003 qui a renversé le président élu Ange Félix Patassé et porté au pouvoir, l'ancien chef d'état-major de l'armée, le général François Bozizé.

28 Agosto 2004 13:45:00




xhtml CSS