Publication à New York d'un rapport sur les résultats de la lutte contre le VIH/SIDA

New York, Etats-Unis (PANA) - Un rapport de l'ONU publié lundi indique que les efforts mondiaux de prévention et de traitement du VIH /SIDA produisent des résultats encourageants, mais des efforts de transformation sont nécessaires pour accélérer les progrès.

Intitulé «L'Epidémie mondiale du sida 2011», le rapport est produit par le Programme des Nations unies sur le VIH /SIDA (ONUSIDA).

Il indique qu'il y avait eu une diminution significative des taux d'infection et de décès liés au VIH, ainsi qu’une augmentation du nombre de personnes qui ont accès au traitement.

«Les taux d'infection du VIH sont à leur plus bas niveau depuis le pic de l'épidémie en 1997, avec 2,7 millions de nouvelles infections en 2010, principalement en raison des changements de comportement sexuel noté chez les jeunes, en particulier en Afrique sub-saharienne », souligne le rapport.

« 21 pays à forte prévalence ont signalé des baisses de la prévalence du VIH chez les personnes âgées de 15 à 24 ans l'année dernière, contre 16 pays en 2009», ajoute le document.

Le rapport  révèle que les plus fortes baisses ont été enregistrées dans des pays d’Afrique sub-saharienne comme le Botswana, le Burkina Faso, l’Ethiopie, le Ghana, le Kenya, le Malawi, la Namibie, le Nigeria, la Tanzanie, le Togo et le Zimbabwe.

«Les changements de comportement qui incluent l'utilisation du préservatif, la limitation du nombre de partenaires sexuels et le fait que les jeunes attendent plus longtemps avant de devenir sexuellement actifs ont été les principales causes du progrès en Afrique», a déclaré à la presse le directeur exécutif adjoint de l’ONUSIDA, Paul De Lay.

«La région continue d'être la plus touchée avec 68 pour cent des personnes vivant avec le VIH résidant en Afrique sub-saharienne », a-t-il ajouté.

S'exprimant au cours de la cérémonie de lancement du rapport, il a affirmé que le nombre de personnes vivant avec le VIH dans le monde a doublé en 10 ans, passant de 17 millions en 2001 à  34 millions2011.

«Des progrès scientifiques ont montré comment les gens qui reçoivent un traitement deviennent moins infectieux avec le temps, diminuant ainsi le risque d'infection pour leurs partenaires et réduisant les chances de transmission de la mère au bébé», a dit M.De Lay.

Il a également déclaré que les progrès réalisés ces dernières années ont été remarquables car ils ont été réalisés en dépit des restrictions budgétaires en raison de la crise économique mondiale.

«Nous devons  passer d'une approche fragmentée et de court terme à une réponse stratégique à long terme avec les investissements correspondants», a déclaré de son côté le directeur exécutif de l'ONUSIDA, Michel Sidibé.

«Le monde est confronté à un choix clair : maintenir les efforts en cours et faire des progrès marginaux, ou investir intelligemment et obtenir un succès rapide dans la lutte contre le sida», a-t-il ajouté.

-0- PANA  AA/BOS/LSA/AAS/SOC 21nov2011

21 novembre 2011 21:34:27




xhtml CSS