Projet transfrontalier du Japon en Zambie contre le SIDA

Lusaka- Zambie (PANA) -- Le gouvernement japonais s'est dit optimiste au sujet des résultats d'un projet de prévention du VIH/SIDA lancé par la Conférence internationale de Tokyo pour le développement de l'Afrique (TICAD) en Zambie et qui cible les routiers et les prostituées dans les régions frontalières.
Katsuhiro Sasaki, le représentant-résident de l'Agence japonaise pour la coopération Internationale (JICA) à Lusaka, a indiqué que ce projet entrepris par la TICAD concernait six régions frontalières.
Deux des sites du projet sont ceux de Livingstone et de Chirundu à la frontière de la Zambie avec le Zimbabwe, alors que l'un est situé à Kazungula à la frontière avec le Botswana.
Un autre site se trouve à Katete, à l'est de Lusaka sur la route du Malawi et de Nakonde à la frontière avec la Tanzanie au nord.
Les deux derniers sites sont ceux de Kasumbalesa à la frontière avec la RD Congo dans la région du Copperbelt et de Kapiri Mposhi qui est un site situé à l'intérieur des terres et une voie de circulation très empruntée par les camions en provenance de la Tanzanie, de la RD Congo, du Malawi, du Zimbabwe et du Botswana.
M.
Sasaki a indiqué que le projet avait pour but de renforcer l'accès et l'utilisation des préservatifs par les groupes à risques, ainsi que le renforcement de l'accès à un traitement de qualité des infections sexuellement transmises et aux services de prévention du VIH/SIDA parmi les groupes à risques.
Il a aussi pour objectif de mieux faire connaître la prévention du VIH par l'utilisation du préservatif et de pousser à un changement de comportement visant à faire traiter rapidement les IST et à prévenir le VIH/SIDA parmi les groupes ciblés secondaires.
Sur la base de ces objectifs, l'initiative est actuellement impliquée dans des initiatives telles que la vente des préservatifs à des prix abordables, le traitement des infections sexuellement transmises (IST) et la communication pour un changement des comportements qui implique le plaidoyer et la sensibilisation des communautés au niveau des sites frontaliers sur les IST et la prévention du VIH/SIDA, a-t-il déclaré.
Cette initiative doit bénéficier à plus de 500 prostituées sur les 2.
569 qui exercent dans les six régions frontalières et le site enclavé de Kapiri Mposhi.
Dans le cadre de cette initiative, les prostituées sont invitées à s'inscrire par le biais de mobilisations communautaires effectuées à travers un travail bénévole et celles qui sont malades sont traitées sans tenir compte du fait qu'elles viennent de centres de consultation externes ou de la rue.
En 2002, 2.
380 routiers ont été traités pour des infections sexuellement transmises aux frontières de la Zambie, ce qui fait, selon les statistiques de la JICA, 52 pour cent de plus que ceux qui ont été traités l'année précédente.
Il y a deux mois l'initiative a été relancée quand l'ambassadeur des Etats-Unis en Zambie, Martin Brennan, et son homologue japonais, Hiroyuki Ishi, ont annoncé qu'ils lui accordaient un soutien financier de 5.
130.
000 dollars.
L'ambassadeur Ishi a promis que son pays soutiendra la Zambie dans sa lutte contre le VIH/SIDA même s'il s'est demandé pourquoi ce pays africain avait un taux de prévalence si élevé de 16 pour cent, en insistant sur le fait que c'était trop élevé pour un pays de 10 millions d'habitants.
Clement Mwale, le directeur des projets de l'Initiative transfrontalière (CBI), a déclaré qu'il y avait eu une réduction sensible du nombre de personnes infectées parmi les prostitués et leurs clients routiers aux frontières.
"Nous avons enregistré une réduction des cas de MST (les maladies sexuellement transmises) avec seulement 299 prostituées qui se sont présentées pour se faire soigner ce dernier trimestre, alors que 76 routiers du Zimbabwe, d'Afrique du Sud et du Kenya ont reçu un traitement, a déclaré Steven Nyangu, le directeur du site de la CBI à Chirundu.
Les routiers sud-africains sont les clients favoris des prostituées puisqu'ils paient bien du fait que le rand est une monnaie forte alors que les Zimbabwéens ne sont appréciés que pour les marchandises qu'ils donnent, leur monnaie ayant perdu beaucoup de valeur ces derniers temps.

27 september 2003 17:47:00




xhtml CSS