Prêt de 48,6 millions de dollars américains de la Badea au Burundi

Bujumbura, Burundi (PANA) - Un accord de prêt de 48,6 millions de dollars américains par la Banque arabe pour le développement économique en Afrique (Badea, en vue de financer l’aménagement et le bitumage de la Route nationale numéro 16 (Rn16), reliant le centre au sud du Burundi, a été ratifié en Conseil des ministres de vendredi, a-t-on appris lundi d’un communiqué en ligne sur le portail du gouvernement burundais.

Le projet de construction et de bitumage de la route Bururi-Gitega « s’inscrit dans le cadre de la stratégie nationale de développement du secteur du transport et vise le renforcement du réseau routier national, permettant de désenclaver toutes les régions du pays », lit-on dans le même communiqué.

D’une distance de 72 km, le projet de Route nationale numéro 16 sera exécuté dans un délais de 36 mois, précise la même source.

Un autre grand projet routier national numéro 18 (Rn18), long d’une trentaine de kilomètres, toujours dans le centre du Burundi, est en cours d’achèvement, cette fois grâce à un don d’un peu plus de 31 millions de dollars de la Banque africaine de développement (Bad).

Les autres routes d’importance stratégique nationale et internationale, notamment la Rn1 et la Rn7, subissent actuellement des rafistolages pour les sortir de leur vétusté avancée, certaines avec l’aide technique et financière des Chinois.

A Bujumbura, la capitale politique et économique, des efforts ont été concentrés ces dernières années au pavage systématique des rues, avec l’aide financière et technique de la Coopération belge.

Certains chantiers de pavage et de haute intensité de main-d’œuvre ont été cependant arrêtés à cause de la crise politique autour des élections controversées et émaillées de violences de 2015, faisant fuir la majorité des partenaires techniques et financiers traditionnels du Burundi.

Du côté du rail, un intérêt particulier est porté sur le projet de construction d’un chemin de fer long de 400 km, appelé à relier la Tanzanie au Burundi et au Rwanda, sur une distance de 2.561 km et censé contribuer à l’intégration de l’Afrique de l’Est.

Situé à plus de 1.200 km des premières côtes océaniques, le Burundi avait particulièrement besoin du rail pour se désenclaver, de l’avis des spécialistes à Bujumbura.
-0- PANA FB/BEH/IBA 14août2017

14 août 2017 14:04:57




xhtml CSS