Présence informelle à Bangui des troupes de Jean-Pierre Bemba

Kinshasa- RD Congo (PANA) -- La présence des troupes de Jean- Pierre Bemba à Bangui n'a rien d'officiel ni de formel, a assuré mardi soir l'ambassadeur de la Centrafrique et doyen du corps diplomatique en République démocratique du Congo (RDC), M.
Sise- Le-Bernard.
S'adressant à la presse à l'issue de l'audience que lui a accordée le ministre congolais des Affaires étrangères et de la coopération internationale, M.
Léonard She Okitundu, le diplomate a déclaré: "on ne peut pas dire de façon structurée et ordonnée que tel ou tel était invité".
Il a expliqué que dans une situation aussi confuse que celle que traverse son pays, l'appui et le soutien du voisin, quelle que soit sa nature, ne peuvent être refusés.
On rappelle qu'un groupe de mutins lourdement armés et dirigés par l'ancien chef de l'Etat André Kolingba, a tenté, au début de la semaine dernière, de renverser le régime du président Ange-Félix Patassé, faisant de nombreux morts parmi la population de Bangui.
Le diplomate centrafricain a cependant rassuré le gouvernement congolais de ce que la situation actuelle dans son pays ne peut en rien affecter les relations entre la RCA et la RDC, qui sont liés, a-t-il fait remarquer, par des accords de défense.
Par ailleurs, le doyen du corps diplomatique accrédité à Kinshasa a catégoriquement rejeté les propos faisant état du parrainage par la RCA des troupes de Jean-Pierre Bemba.
Il a plutôt désigné en lieu et place l'Ouganda qui, a-t-il souligné, arme, conseille, donne des troupes et même supervise les opérations militaires sur le terrain en RDC, avec Jean-Pierre Bemba.
Quant à la présence supposée des soldats ougandais parmi les troupes de Bemba, aux côtés des soldats centrafricains, M.
Sise s'est refusé à émettre un quelconque point de vue, se contentant d'expliquer que cela relevait du secret militaire.
Il a par ailleurs insisté sur le fait que la RCA n'a aucun compte à rendre au Mouvement de libération du Congo (MLC), indiquant que la présence de troupes de ce mouvement en RCA était fortuite.
Par contre, le porte-parole de la présidence centrafricaine, M.
Prosper Ndoumba, a déclaré sur les antennes de la Voix de l'Amérique (VOA), captée mardi à Kinshasa, que la présence des troupes de Jean-Pierre Bemba aux côtés des forces gouvernementales de la RCA se concevait bien dans les relations africaines.
"Le président Patassé entretenait de relations fraternelles avec son frère Laurent-Désiré Kabila, en même temps paternelles avec Jean Pierre Bemba", a expliqué M.
Ndoumba.
Un habitant de Bangui interrogé au téléphone par la VOA a déploré la présence des troupes de Bemba à Bangui, relevant que ce dernier n'était pas le président légal de la RDC autorisé à engager ce pays, suivant des accords de défense, auprès de la RCA.
Les forces armées centrafricaines, appuyées notamment par les troupes rebelles de Jean-Pierre Bemba, ont poursuivi lundi, pour la troisième journée consécutive, le ratissage des quartiers du sud-est de Bangui pour chasser les mutins qui tentent de prendre le pouvoir.
Différents médias captés lundi à Kinshasa ont rapporté que des obus de mortiers tirés à partir de la localité congolaise de Zongo ont détruit la résidence du chef des mutins, le général André Kolingba, actuellement en fuite.
Un habitant de Bangui qui a témoigné par téléphone sur les antennes de la VOA a fait état de tirs de roquettes, de lancement de "gaz anticonstitutionnel" et de pillages auxquels se livreraient les troupes de Jean-Pierre Bemba et d'autres forces étrangères, notamment celles de la Libye et du Tchad, venues à la rescousse du chef de l'Etat centrafricain.

06 juin 2001 08:47:00




xhtml CSS