Près de quatre enfants sur 10 en mal de protection dans le Pool au Congo, selon l'UNICEF

Brazzaville, Congo (PANA) - Le bureau du Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF) au Congo a révélé lundi que près de quatre enfants déplacés, de deux à cinq ans, sur dix étaient en mal de protection dans le département du Pool, au sud du pays, en raison des violences qui sévissent depuis avril 2016.

Dans le département de la Bouenza, voisin du Pool, où plusieurs personnes se sont réfugiées, la situation concerne six enfants sur dix. L’UNICEF prend actuellement en charge plus de 1.000 enfants dans le but d’améliorer leur situation.  

Une mission de l’UNICEF séjourne actuellement dans la Bouenza, un département qui accueille plus de 80.000 déplacés sur 138.000 personnes concernées par des violences dans le Pool. Parmi ces déplacés, se trouve un nombre important d’enfants qui se déplacent dans les forêts et les savanes avec leurs parents.

De nombreux enfants ont été accueillis à Brazzaville et dans la Bouenza.

C’est dans ce contexte que la Représentante de l’UNICEF, Micaela Custodio Marques, organise, en compagnie de la ministre congolaise des Affaires sociales et de l’Action humanitaire, Antoinette Dinga Dzondo, un voyage à Kimouanda, dans les environs de Loutete, ville située à plus de 250 kilomètres au sud de Brazzaville, pour visiter ces enfants.

D’après l’agence onusienne, environ six enfants déplacés sur dix sont en mal de protection dans la Bouenza où ils ont trouvé refuge avec leurs parents.

Pour l’UNICEF, ces enfants ne fréquentent pas les espaces sains, susceptibles de garantir leur épanouissement et nombreux ne vont plus à l’école, faute d’un accompagnement logistique conséquent.

Pour faire face à cette situation, l’UNICEF a entamé des activités visant à regrouper des enfants dans des espaces heureux, appelés "espace amis des enfants".

Au total, 1.000 enfants de deux à cinq ans sont accueillis et suivis dans une dizaine d’espaces créés dans la Bouenza, l"UNICEF s’appuyant sur son partenaire de terrain, Action des éducatrices pour le développement (AED).

Huit de ces dix espaces ont été réhabilités et dotés de matériels récréatifs et d’éducation. Les enfants sont accueillis et encadrés dans des espaces sécurisés, qui assurent un repas par jour. Ceux qui ont été victimes de violences spécifiques sont identifiés et référés vers des structures spécialisés.

Pour garantir le droit à l’éducation aux enfants déplacés du Pool, l'UNICEF a pu mobiliser 140.000 dollars, soit environ 70 millions de francs CFA, de ressources propres, pour une distribution au cours de ce mois d’octobre de kits scolaires à 6.000 garçons et filles  (3.000 au Pool et 3.000 à la Bouenza) de l’enseignement primaire. Mais les besoins sont énormes et des ressources additionnelles sont nécessaires.

Pour venir à bout de la crise humanitaire créée dans le Pool, le gouvernement congolais, les agences des Nations unies à Brazzaville, ainsi que 16 autres partenaires ont lancé un appel de fonds de 23,7 millions de dollars, soit environ 12 milliards de francs CFA.

Cet argent servira à financer un plan de réponse humanitaire bénéfique pour plus de 138.000 personnes touchées par les violences dans le Pool, et qui sont sans activité, sans ressources et sans abris.

Selon certaines sources, plus de 350 villages ont été détruits et brûlés dans le Pool, alors que de nombreux hectares de plantations ont été saccagés.
-0- PANA MB/JSG/SOC 31oct2017

31 octobre 2017 09:57:44




xhtml CSS