Près de 274 millions de personnes parlent le français dans le monde, (Rapport 2014)

Dakar, Sénégal (PANA) – Sur 102 pays et territoires, près de 274 millions de personnes sont capables de s'exprimer en français, une langue qui est classée à la 5ème place mondiale, derrière le mandarin, l'anglais, l'espagnol, l'arabe ou l'hindi, indique le nouveau rapport 2014 de l'Observatoire de la langue française intitulé ''La langue française dans le monde'', lancé jeudi à Dakar.

Selon le rapport, les enquêtes réalisées sur la période 2010-2014 montrent globalement que l'usage de la langue française s'est améliorée avec un taux de 7 pour cent de progression et favorise les échanges interculturels, la circulation des idées, les regroupements d'intérêts à l'échelle internationale et constitue un vecteur d'avenir.

Parmi ces 274 millions de locuteurs, près de 212 millions de personnes font un usage quotidien de la langue française acquise dès l'enfance et constitue à la fois pour eux ''la langue du foyer, la langue officielle dans leur pays de résidence, la langue d'information, de l'administration de la vie quotidienne à de degrés divers.

Sur les 62 autres millions de francophones, la majorité a appris le français comme une langue étrangère, le plus souvent au collège, au lycée et au cours d'études supérieures car elle partage avec l'anglais le privilège d'être enseignée sur les cinq continents et dans pratiquement tous les pays du monde.

Selon le responsable de l'Observatoire de la langue française, M. Alexandre Wolff, le premier groupe  francophone qui représente le noyau de la galaxie francophone, rassemble une composante principale croissante en Afrique subsaharienne.

''54 pour cent des francophones se trouvent en Afrique. C'est la majorité et c'est la Francophonie d'aujourd'hui et de demain. ''Nous avons constaté une augmentation de 7 pour cent en quatre ans avec une progression impressionnante en Afrique subsaharienne qui ravage jusqu'à 15 pour cent'', a indiqué M. Wolff.

Cette progression est due aux efforts fournis par les Etats pour donner une éducation en qualité et en quantité à leur population, qui se sert du français pour répondre à leurs besoins de formation, de communication, d'information, de sociabilité et de culture.

''La langue française est un choix, c'est une langue qui arrive après la première langue du foyer.  Il est donc important que les locuteurs se sentent à l'aise dans leur première langue et ensuite dans la langue qu'ils choisissent pour communiquer dans le monde'', a exliqué M. Wolff.

''Et pour ce fait, il faut articuler l'apprentissage dans la première langue et le français afin que les locuteurs se sentent à l'aise et sûrs d'eux dans les deux langues'', a-t-il ajouté.

Le rapport relève également les défis que rencontre la langue française liés à la question de scolarisation, de la formation des enseignants et de formation des élèves, étudiants pour que leur scolarité soit réussie en qualité, afin de faire d'eux des citoyens accomplis intervenant dans leur champ d'activité mais aussi dans la mondialisation à travers le numérique.

Pour relever ce défi, M. Wolff a expliqué que la Francophonie accompagne ses Etats membres dans la mise en place des programme de soutien, pour un renforcement de capacité du système éducatif, tel que le programme ''Ecole et langues nationales en Afrique'' (Elan-Afrique), et l'Initiative francophone pour la formation à distance de maîtres (Ifadem).

La langue française, note-on, demeure l'un des plus sûrs ferments de la diversité culturelle et linguistique dont la reconnaissance et la promotion sont le gage d'un dialogue inclusif entre les femmes et les hommes, entre toutes les traditions et cultures, ainsi qu'entre les différents formes d'organisation des sociétés humaines.

Le rapport est publié en prélude au 15ème sommet de la Francophonie, qui se tiendra  du 29 au 30 novembre prochain à Dakar.
-0- PANA KAN/BEH/IBA  06novembre2014

06 novembre 2014 17:19:31




xhtml CSS