Préparation d’un Plan national d’action de développement de l’Enseignement supérieur au Burkina Faso

Ouagadougou, Burkina Faso (PANA) -  Le gouvernement burkinabè a ouvert vendredi, à Ouagadougou, une table ronde de bailleurs de fonds pour le financement d’un Plan national d’action de développement de l’Enseignement supérieur, alors que le secteur est miné par des contestations du système "Licence-Master-Doctorat".

Dans un communiqué de presse, dont la PANA a reçu copie,  le ministère en charge des Enseignements supérieurs a indiqué que le gouvernement organisait cette table ronde des bailleurs de fonds pour le financement de la première phase (2014-2017) du Plan national d’action de développement de l’Enseignement supérieur (PNADES).

Cette rencontre, à laquelle participent des techniciens du ministère en charge de l’Enseignement supérieur et du ministère des Finances, des promoteurs d’établissements d’enseignement privés laïcs et confessionnels, des représentants d’institutions financières,
vise à résoudre de manière durable et efficace la crise que traverse l’Enseignement supérieur au Burkina Faso.

Depuis 2009, les universités publiques du Burkina Faso protestent contre le système "LMD", jugé "inadapté" aux réalités du pays. Les étudiants organisent régulièrement des grèves et autres manifestions dans les différentes universités.

En fin avril dernier, rappelle-t-on, des milliers d’étudiants burkinabè ont suspendu les cours  pour descendre dans les rues de la capitale pour protester contre le système "LMD" et exiger de meilleures conditions de vie et d’études sur les différents campus universitaires du pays.

Les autorités ont fait savoir que les principales attentes du Plan national d’action de développement de l’Enseignement supérieur sont, entre autres, l’accroissement de l’offre, l’amélioration de la qualité et de la recherche universitaire et l’accès des étudiants à de meilleures prestations sociales.
-0- PANA NDT/JSG/IBA 15mai2015

15 mai 2015 11:14:03




xhtml CSS