Préavis de grève des enseignants du 15 au 17 décembre

Ouagadougou- Burkina Faso (PANA) -- Les syndicats du secteur de l'éducation au Burkina Faso ont appelé mercredi soir les enseignants à une grève de 72 heures, entre le 15 et le 17 décembre, pour exiger de meilleures conditions de vie et de travail.
Dans un préavis de grève adressé au ministre en charge de la Fonction publique, ces organisations syndicales exigent une augmentation des salaires et pensions de 25% et ce, pour compter du 1er janvier 2004.
Outre la réduction des taxes sur les biens de grande consommation, notamment les produits pétroliers, l'eau et l'électricité, le préavis exige le traitement des différents dossiers pendants relatifs à la mise en oeuvre des jugements et arrêts de juridiction.
Les syndicats demandent par ailleurs l'application au niveau du privé des augmentations de salaires décidées par le gouvernement en décembre 2004 et la reconstruction du marché central de Ouagadougou, détruit par un incendie en 2003.
Le respect de la liberté syndicale et du droit de grève ainsi que l'annulation des sanctions et l'arrêt des menaces de sanctions contre les travailleurs grévistes figurent sur la plate-forme des syndicats d'enseignants.
La lettre de préavis explique que le monde de l'éducation est tenaillé par d'énormes problèmes, à savoir l'absence d'une politique cohérente de l'éducation, l'insuffisance criarde en personnel et en infrastructures presque dans tous les ordres d'enseignement et les conditions de vie de plus en plus insoutenables au regard du "coût extrêmement élevé de la vie".
Pour les syndicats, la démonstration faite par le candidat Blaise Compaoré lors de la campagne pour l'élection présidentielle du 13 novembre dernier montre que ce ne sont pas les moyens qui manquent pour résoudre les préoccupations des différentes couches sociales du pays.
C'est pourquoi, ils appellent les militants à prendre une part active, sur toute l'étendue du territoire national, à ce débrayage et les invitent également à se tenir prêts pour tout mot d'ordre que l'évolution de la situation commanderait.
Le Collectif des organisations démocratiques de masse et de partis politiques (CODMPP) appelle aussi à un débrayage pou le 13 décembre, date anniversaire de l'assassinat du journaliste Norbert Zongo pour exiger le dénouement de son dossier et des autres dossiers pendants en justice.
L'Association des scolaires de Ouagadougou (AESO) a déjà lancé un mot d'ordre de grève le 6 décembre ayant perturbé les cours à Ouagadougou pour demander que justice soit rendue à un des leurs tué en décembre 2000 lors d'une manifestation publique à Boussé (100 km au nord de Ouagadougou).

07 Dezembro 2005 22:07:00




xhtml CSS