Poursuite du soutien des Nations unies au gouvernement congolais dans la riposte à l’épidémie à virus Ebola

Kinshasa, RD Congo (PANA) - La riposte à l’épidémie à virus Ebola, déclarée le 8 mai 2018 dans la province de l’Equateur, se poursuit avec le soutien des Nations unies au gouvernement congolais, a déclaré mercredi, Mme Florence Marchal, porte-parole de la Mission des Nations unies pour la stabilisation en RD Congo (MONUSCO), dans le compte rendu de l’actualité des Nations unies en RD Congo.

Selon Mme Marchal, la MONUSCO se mobilise afin d’apporter un soutien logistique au ministère de la Santé et à ses partenaires avec l’objectif de faciliter les opérations sur le terrain.

Un pont aérien a été établi avec le déploiement d’un avion et d’un hélicoptère pour les liaisons entre Kinshasa et Mbandaka et les zones affectées de la province de l’Equateur, 32 liaisons ayant été effectuées à la date du 5 mai 2018. Plus de 140 tonnes de matériels ont également déjà été transportées à bord des avions de la Mission.

La Mission a construit un camp pouvant accueillir 20 médecins à Iboko et elle est en train d’en aménager un autre à Itipo. Elle a participé à la réhabilitation d’un bâtiment qui est désormais le Centre opérationnel d’urgence à Mbandaka.

Elle a également travaillé à l’amélioration de la connexion Internet à Mbandaka et dans les zones affectées, afin de permettre aux équipes sur le terrain de partager des données pour le traitement de la maladie.

« Alors que l’épidémie semble se stabiliser avec zéro décès et zéro nouveau cas depuis le 21 mai 2018, le suivi des contacts reste encore un défi majeur avec une moyenne de 47% des contacts suivis », souligne le bulletin humanitaire du mois dernier.

A la date du 2 juin, 442 des 932 contacts ont pu être effectivement suivis. Ce qui est assez révélateur des difficultés de traçabilité des personnes ayant été en contact avec des malades d’Ebola et qui donc susceptibles de prolonger la chaîne de transmission du virus.

Bikoro, l’épicentre de ce 9ème épisode d’Ebola en RD Congo, tout comme Iboko, Wangata et Itipo, sont des zones de Santé affectées situées en pleine forêt dense de l’Equateur, traversées par des rivières et des lacs. Peu de voies d’accès pour voitures et motos, pas de clairières pour l’atterrissage d’hélicoptères, l'accès à Bikoro est un véritable défi devant les moyens logistiques déployés avec la concours de la MONUSCO et le pont aérien assuré conjointement par UNHAS et le PAM.

Au 5 juin 2018, le nombre de cas d’Ebola est de 56 dont 25 décès.
-0-PANA KON/BEH/IBA/SOC 06juin2018

06 juin 2018 17:10:58




xhtml CSS