Pour une implication efficace au sommet de l'information

Syrte- Libye (PANA) -- Le 5ème sommet ordinaire des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union africaine (UA), qui a clos ses travaux mardi à Syrte, centre de la Libye, a invité les Africains à poursuivre la coordination et les échanges de vues au niveau continental en vue d'une participation fructueuse et efficace dans les préparatifs du sommet mondial de la société de l'Information (SMSI), prévu du 16 au 18 novembre prochain en Tunisie.
Les leaders africains, en adoptant un projet de décision sur le SMSI, qui leur a été soumis par le Conseil exécutif, ont également demandé à la Commission de l'UA d'envisager la possibilité d'organiser une conférence de ministres en charge des Technologies de l'Information et de la Communication.
Cette réunion aura pour objectif, selon le document, d'adopter un plan d'action africain afin que les préparatifs de cette rencontre se traduisent en résultats qui reflètent les aspirations des peuples.
Le sommet de Syrte invite les Etats membres, les gouvernements, les Organisations régionales et internationales à soutenir et à contribuer financièrement au Fonds de solidarité numérique.
Le président tunisien Zine El Abidine Ben Ali, a indiqué lundi à Syrte que son pays compte sur une participation africaine massive et au plus haut niveau au sommet mondial sur la société de l'Information, qui tiendra pour la première fois en terre africaine.
"Nous souhaitons compter sur une participation africaine massive et au plus haut niveau - gouvernement, société civile et secteur privé - lors du sommet de Tunis, afin de confirmer notre engagement en faveur de l'action commune pour l'instauration d'un partenariat numérique solidaire entre tous les pays du monde", avait souligné le chef de l'Etat tunisien, dans son intervention à l'ouverture du 5ème sommet de Syrte.
"Notre voeu est que ce sommet dont nous avions, dès 1998, préconisé la tenue, puisse constituer une occasion propice à la réduction du déséquilibre excessif dans l'accès au savoir et la maîtrise des Technologies de l'Information et de la Communication, de manière à garantir à nos peuples africains la mise à profit de ces technologies et leur exploitation judicieuse dans leurs plans de développement", avait-il conclu.

05 juillet 2005 17:55:00




xhtml CSS