Point à mi-parcours de l'enquête sur le navire "Etireno"

Cotonou- Bénin (PANA) -- le Bénin, le Fonds des Nations Unies pour l'Enfance (UNICEF) et l'ONG internationale "Terre des Hommes" ont confirmé, à Cotonou, que "l'aventure" du bateau Etireno, qui a récemment défrayé la chronique, entre effectivement dans "le cadre d'un trafic sous-régional de mineurs et d'un réseau de travail clandestin".
Dans un communiqué conjoint rendu public lundi le ministre béninois des Affaires étrangères et de la Coopération, M.
Antoine Idji Kolawolé, la représentante-résidente de l'UNICEF au Bénin, Mme Ester Guluma et le coordonnateur de "Terre des Hommes", M.
Alfonzo Gonzalez Jaggli ont néanmoins indiqué que le nombre d'enfants "était nettement inférieur" à celui de 250 préalablement annoncé par l'UNICEF.
"Lors des premières auditions menées par "Terre des Hommes", 5 des 43 enfants et jeunes présents sur le navire ont déclaré qu'une transaction financière de l'ordre de 10.
000 francs CFA avec leurs familles avait eu lieu avant leur départ, 8 autres affirmant avoir voyagé avec un intermédiaire inconnu", précise le communiqué.
Il indique en outre que 23 enfants de 5 à 14 ans, et 17 jeunes de 15 à 24 ans ont été découverts sur le bateau, parmi lesquels ont pu être identifiés 13 Béninois, 17 Maliens, 8 Togolais, un Sénégalais et un Guinéen".
Le gouvernement béninois s'engage à mener une enquête sur l'affaire, en collaboration avec tous les partenaires qui le souhaitent.
Cette enquête vise notamment à informer l'opinion publique nationale et internationale et de réparer les dommages "immenses" infligés au Bénin et aux autres pays de la sous-région, principalement aux enfants et à leurs familles, souligne le communiqué.
Le navire Etireno, un vaisseau battant pavillon nigérian, était arrivé au port de Cotonou le 17 avril dernier au matin, après avoir navigué deux semaines et avoir été refoulé du Gabon puis du Cameroun, rappelle-t-on.
Plusieurs sources, dont des media béninois et internationaux, avaient alors fait état de la présence de quelque 250 enfants esclaves à destination du Gabon à son bord.

01 mai 2001 14:32:00




xhtml CSS