Plus de 62 millards de FCFA de la Banque mondiale au Mali pour son développement socio-économique

Bamako, Mali (PANA) - La Banque mondiale va mettre à la disposition du Mali 112,8 millions de dollars, soit environ 62,04 milliards de FCFA, suite à la signature jeudi à Bamako de trois accords de financement (dons et prêts), relatifs aux Projets d’appui régional à l’irrigation au Sahel (PARIS), au développement du secteur de l’élevage (PADEL) et de réhabilitation économique et environnementale du fleuve Niger (PREFN), a constaté la PANA sur place.

Les trois accords de financement approuvés, ces trois derniers mois, par le Conseil d'administration de l'Association internationale de développement (IDA), ont été signés par le ministre malien de l’Économie et des Finances, Dr Boubou Cissé et la directrice des Opérations de la Banque mondiale pour le Mali, Mme Soukeyna Kane.

L’objectif est l’accroissement du niveau de sécurité alimentaire des populations maliennes, de sa résilience face aux changements climatiques et la réduction de la pauvreté.

La premier accord signé porte sur un montant de 25 millions de dollars, soit 13,75 milliards de FCFA, destiné au financement de PARIS. Il est composé d’un prêt de 9,17 milliards de FCFA et d’un don d’une valeur de 4,58 milliards de FCFA.

L’objectif de ce financement est d’améliorer la capacité des parties prenantes à développer et à gérer l’irrigation à travers un accroissement des superficies irriguées, suivant une approche régionale basée sur les solutions dans les pays du Sahel.

Le projet va bénéficier à 340.000 acteurs de la filière de l’élevage, de l’aviculture et de la pisciculture (petits producteurs, éleveurs et entrepreneurs).

Le second accord, doté d’une enveloppe financière de 60 millions de dollars, environ 33 milliards de FCFA, est réparti en 16,50 milliards de FCFA de prêt et 16,50 milliards de don.

Il concerne le financement du PADEL-Mali, qui vise à renforcer la productivité et la commercialisation des filières viande et lait, volaille et œufs, aquaculture, apiculture et surtout,  d’améliorer la capacité du Mali à faire face aux risques de crise ou de situation d’urgence.

Le troisième accord, d’une enveloppe financière de prêt de 14,9 milliards de FCFA, servira à la réhabilitation économique et environnementale du fleuve Niger, qui figure parmi les priorités du gouvernement malien.

Ce projet rendra la navigation et les services portuaires plus efficaces tout le long du fleuve Niger et prouvera qu’il est possible de restaurer l’environnement et d’améliorer les moyens de subsistance dans l’un des écosystèmes les plus fragiles du pays.

Le PREFN bénéficiera à environ 100.000 personnes, notamment les opérateurs de transport, groupements ruraux, agriculteurs, pêcheurs, organisations de la jeunesse.

Lors de la cérémonie de signature, la directrice des Opérations de la Banque mondiale pour le Mali a notamment invité le gouvernement malien à s’atteler à la mise en œuvre de ces projets.
-0- PANA GT/JSG/IBA 30mar2018

30 mars 2018 10:06:23




xhtml CSS