Plus de 200.000 personnes supplémentaires vulnérables

Niamey, Niger (PANA) – Plus de 200.000 personnes supplémentaires sont tombées au cours de l’année 2018 dans la vulnérabilité, ajoutées aux 1.400.000 personnes qui ont été évaluées au mois de novembre 2017, révèle l’Agence nigérienne de presse vendredi, citant le Haut Commissaire à l’Initiative 3N (les Nigériens Nourrissent les Nigériens), M. Ali Bety.

Au cours d'un point de presse, M. Betty a cependant rappelé qu’un plan de soutien à la sécurité alimentaire de l’ordre de 200 milliards de F CFA, est en train d’être mis en oeuvre de façon très satisfaisante, depuis le mois de février 2018, avec des distributions gratuites de vivres, des ventes de céréales à prix modérés et des activités de Cash for work et food for Work.

Pour ce qui est de l’évolution de la campagne agricole 2018, M. Ali Bety a annoncé que près de 12 000 localités ont déjà semé sur les 12.464 villages agricoles; la situation pastorale commence à s’améliorer et les mares s’alimentent progressivement et on constate une baisse des prix des céréales sur les marchés.

Le gouvernement a instruit les ministres d’aller sur le terrain pour faire une première mission de suivi de l’installation de la campagne agricole, a-t-il précisé.

Ali Bety a indiqué qu’au sujet de l’évolution des superficies emblavées en semences améliorées, à la date de fin 2017, plus 1.400.000 hectares sont mis en valeur en semences améliorées, ajoutant que  250 agents seront recrutés pour améliorer l’encadrement des activités agricoles.

Le Niger, pays sahélien est sujet à des crises alimentaires cycliques du fait de la forte dépendance de la production agricole de la pluviométrie, la faible mécanisation de l’agriculture, de la croissance démographique de l’ordre de 3,9% par an, et du changement climatique, entre autres.

Lors de la campagne agropastorale 2017, 4,6 millions d’habitants ont été déclarés en insécurité alimentaire. En effet, sur un total de 12.384 villages agricoles, quelque 3800 étaient en déficit céréalier du fait des attaques des ennemis de cultures, des inondations ou de l’arrêt précoce des pluies, rappelle-t-on.
-0- PANA SA/IS/SOC 13juil2018

13 july 2018 17:54:38




xhtml CSS