Plus de 20 000 enfants dans la rue dans le Nord du Burkina Faso

Ouagadougou, Burkina Faso (PANA) - Plus de 20 000 enfants se retrouvent sans école dans le Nord du Burkina Faso à cause des attaques terroristes, a-t-on appris de la primature jeudi.

Selon le Premier ministre burkinabè, Paul Kaba Thiéba, qui s’exprimait jeudi à l’issue d’une rencontre sur la question, «216 écoles sont fermées et plus de 20 000 élèves touchés ainsi que 895 enseignants».

Le ministre burkinabè en charge de l’Education, Stanislas Ouaro, a pour sa part, laissé entendre que «des instructions ont été données pour faire en sorte que les écoles puissent rouvrir à travers le renforcement de la sécurité».

«Dès que les cours reprendront pour ces élèves-là, vu le délai imparti actuel que nous avons par rapport aux examens qui commencent à partir du 9 juin, des cours de rattrapage seront faits», a-t-il ajouté.

Le Nord du Burkina Faso est régulièrement la cible d’attaques d’hommes armés qui s’en prennent aux écoles et aux enseignants.

Dans la soirée du jeudi 12 avril 2018, une élève a été tuée et un enseignant enlevé dans l’attaque de l’école de Bouro, dans la commune de Nassoumbou, dans le Nord du pays, par des individus non identifiés.

Des sources concordantes ont indiqué à Ouagadougou que cette attaque a été revendiquée par le groupe État islamique dans le grand Sahara (EIGS) basé à la frontière entre le Mali et le Burkina Faso.

L’Union pour le Progrès et le Changement (UPC), principal parti d’opposition, a appelé les autorités burkinabè, mercredi, à mettre tout en œuvre pour retrouver l'enseignant enlevé.
-0- PANA NDT/IS/SOC 19avr2018

19 Abril 2018 17:33:23




xhtml CSS