Plaidoyer pour un haut commissariat des volontaires au

retour Cotonou- Bénin (PANA) -- La famille Jah, ambassadeur de la diaspora en Afrique, a plaidé lundi à Cotonou, pour la création d'un haut commissariat des volontaires au retour sur le continent d'origine.
Dans une déclaration publiée à l'occasion de la commémoration de la Journée internationale de l'abolition de l'esclavage, les ambassadeurs de la diaspora au Bénin ont préconisé à l'Union Africaine (UA), l'adoption d'un statut spécifique pour les descendants des générations d'Africains déportés.
Ces ambassadeurs recommandent la reconnaissance par tous les pays du monde entier, en l'occurrence les Etats africains, du 23 août, date de la commémoration de l'abolition de l'esclavage, décidée par l'UNESCO.
Ils exigent, par contre, le retrait du nom négrier sur "la place des enchères" à Ouidah, ancien comptoir d'esclaves, situé à environ 40 km de Cotonou, pour le respect des martyrs.
Réduits à l'état d'esclave, ces esclaves et leurs descendants, indique la déclaration, restent, par leurs connaissances dans tous les domaines et leur force de travail, les bienfaiteurs de l'humanité moderne.
Outre le rétablissement de la vérité historique dans le système éducatif, ces ambassadeurs demandent la construction de musées et de sites historiques, ainsi que l'obtention du droit légitime de retour.
Ils revendiquent, par ailleurs, l'élaboration de projets panafricains de développement ou de réinstallation des volontaires au retour.

23 août 2004 23:14:00




xhtml CSS