Plaidoyer pour lutter contre la malnutrition en Afrique centrale

Brazzaville, Congo (PANA) - Les participants à l’atelier sous-régional  sur "Le repositionnement institutionnel de la nutrition comme facteur de développement", qui vient de se tenir à Brazzaville, ont plaidé pour une lutte efficace contre la malnutrition, qui touche 59 millions de personnes en Afrique centrale.

"Au-delà des politiques, un plaidoyer est nécessaire pour prioriser les actions de lutte contre la malnutrition dans les budgets de nos pays (…). A cet effet, nous devons insister sur l’amélioration des décaissements des budgets alloués en impliquant davantage les décideurs", a déclaré le Secrétaire général de la présidence de la République congolaise, Jean-Baptiste Ondaye.

"Il n y a pas de meilleur investissement que celui qui assure le développement humain si indispensable pour la croissance, le mieux-être et le mieux-vivre. (...) Nos gouvernants sont tenus de protéger la vie et l’avenir de nos populations", a-t-il ajouté.

A l’issue des travaux, les délégués à cette réunion ont mis en place deux cadres, à savoir la recevabilité et le respect des engagements, ainsi que la concertation et le reportage entre les différents partenaires impliqués dans la lutte contre la malnutrition.

"L’objectif d’une synergie entre les politiques de nutrition et celles liées à l’accès aux biens et aux services socio-économiques de base est de créer un environnement favorable à une nutrition de qualité au service du développement", a indiqué M. Ondaye.

Les participants se sont engagés, entre autres, à éliminer la faim, l’émaciation, le déficit pondéral, l’excès pondéral et l’obésité de l’enfant de moins de 5 ans, ainsi que les carences en micronutriments, en particulier l’anémie chez la femme et l’enfant, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir l’agriculture.

Par ailleurs, les pays membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) ont décidé de mettre en place un système d’alerte en prévention, une ligne budgétaire dans tous les départements en charge, un plan intégré en faveur de la lutte contre la malnutrition et de renforcer les programmes de nutrition.

Le but final est de faire baisser significativement les différentes formes de malnutrition de façon générale et celles aiguës et chroniques de façon particulière.

Selon les estimations, la proportion d’enfants de moins de 05 ans en retard de croissance augmente de 41 pour cent dans la région d’Afrique de l’Ouest et du Centre, la proportion de la population de malnutris en Afrique centrale ayant augmenté de 143,7 pc sur la période 2014-2016, en comparaison à 1990-1992.
-0- PANA MB/JSG/IBA 08nov2016


08 novembre 2016 12:17:04




xhtml CSS