Ping souligne l'engagement de l'Afrique à coopérer avec l'Arabie

Syrte- Libye (PANA) -- Le président de la Commission de l'Union africaine (UA), Jean Ping, a affirmé dimanche à Syrte, dans le centre de la Libye, que la promotion de la coopération avec le monde arabe constitue une priorité pour l'Afrique.
Intervenant au cours s de la cérémonie d'ouverture du deuxième sommet arabo- africain, il a souligné que pour des raisons aussi bien géopolitique, historique et culturelle qu'économique et stratégique, leurs relations sont caractérisées par une forte interpénétration et une complémentarité incontestables qui rendent cette coopération impérative.
M.
Ping a déploré le fait que cette coopération ne soit pas encore à la hauteur des attentes «légitimes» des peuples des deux régions ni des engagements et des ambitions nourris.
Il a appelé à une coopération arabo-africaine de moyens lui permettant de s'arrimer à la Mondialisation et de lui accorder l'attention et la place qui lui reviennent.
Il a qualifié ce sommet de rencontre "des grands espoirs", étant donné qu'il propose d'imprimer un nouvel élan, une nouvelle dynamique à un partenariat fort pour consolider les canaux de dialogue, de rapprochement et de solidarité, tout en garantissant au mieux des intérêts communs et respectifs.
Selon lui, ce sommet doit se pencher sur des documents portant sur une stratégie de partenariat afro-arabe et sur un Plan d'action conjoint pour les six années à venir destiné à remplacer le Programme d'action de la coopération africaino-arabe de mars 1977 et définit les principes, les objectifs et les domaines de coopération et prévoit un solide mécanisme de mise en œuvre et de suivi.
Evoquant les créneaux sur lesquels doivent porter la coopération arabo- africaine pour dynamiser ce partenariat, notamment les investissements et le commerce, M.
Ping a mis en exergue les atouts du continent africain qui compte 53 des 192 pays membres de l'ONU.
Il a précisé que l'Afrique est l'un des continents qui présente de bonnes perspectives de croissance avec un taux de 4,7 pour cent projeté pour cette année alors que 13 pays africains connaîtront l'année prochaine des taux de croissance de six à 11 pour cent.
Le président de la Commission de l'UA a appelé les Arabes, qui disposent entre autre, de vastes réserves d'épargne, de considérables ressources financières et d'immenses capacités d'investissements, à orienter leurs investissements vers l'Afrique pour réaliser la complémentarité entre les deux régions.
Il a formulé l'espoir que le l'Afrique et l'Arabie parviennent, au cours de leur sommet, à renforcer leurs engagements et à créer l'environnement propice pour permettre à leurs secteurs privés et publics de jouer un rôle prépondérant dans le futur partenariat.

10 octobre 2010 19:01:00




xhtml CSS