Ping prédit un avenir rose pour l'Afrique

Addis-Abeba- Ethiopie (PANA) -- Le président de la Commission de l'Union africaine (UA), Jean Ping, s'est montré optimiste, estimant que l'avenir de l'Afrique sera globalement rose, à l'ouverture de la 14ème session ordinaire du sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de l'UA dimanche à Addis-Abeba, en Ethiopie.
Le sommet, qui prend fin le 2 février, a pour thème principal "Le développement des Technologies de l'information et de la communication" (TIC)k, qui sont considérées comme essentielles dans l'accélération de la croissance économique et de l'intégration sur le continent.
Mais le discours du président de de la Commission de l'UA a été dominé par les questions d'économie, de paix et de sécurité.
Il a ainsi affirmé que le continent avait connu des situations politiques et économiques diverses au cours de l'année écoulée, M.
Ping a indiqué que la crise financière mondiale avait touché durement le continent, mais certains pays ont échappé au pire et étaient sur le chemin de la relance économique.
"Nous avons senti des progrès économiques dans certains pays alors que dans d'autres il y a eu un recul", a-t-il ajouté Il a souligné que l'Afrique avait besoin d'accélérer l'intégration pour rassembler ses potentialités, tout en notant que cela était important pour lever des fonds et avancer des positions communes à travers le monde.
Il a cité les sommets du G-20 et celui sur le changement climatique de Copenhague comme des occasions au cours desquelles l'Afrique avait fait preuve d'une réelle cohésion en adoptant une position commune.
Jean Ping a noté que des progrès avaient été réalisés dans certains domaines, citant un certain nombre de projets d'infrastructures régionales qui sont en cours de réalisation ou de conception.
Le président de la Commission de l'Union africaine a cité les projets régionaux de chemins de fer en Afrique de l'Est, les projets routiers en Afrique Centrale et les projets d'infrastructures énergétiques en Afrique australe comme des exemples de progrès accomplis par le continent pour intégrer ses économies.
Mais il a consacré une grande partie de son discours aux problèmes politiques et militaires sur le continent, soulignant qu'ils retardaient généralement les progrès communs.
"La persistance des conflits et des coups d'Etat est un recul pour nous.
Bien que des progrès importants aient été notés dans la résolution de certains conflits, d'autres évoluent timidement", a-t- il avancé.
Ping a indiqué que les crises politiques au Kenya et au Zimbabwe ainsi que les guerres au Burundi, en RD Congo et en Côte d'Ivoire évoluaient vers une issue heureuse.
Mais il a noté que la situation politique en Guinée-Bissau, en Guinée-Conakry, en Somalie, à Madagascar et au Soudan, où subsistait un conflit armé ouvert ou une opposition entre dirigeants qui se tenaient par la gorge, était loin d'être résolue.
"Nous devons faire face à cela.
Nous devrions avoir une attitude ferme et forte envers les coups d'Etat", a-t-il affirmé, tout en mentionnant la Somalie comme le problème politique le plus sérieux auquel l'Afrique doit faire face.
Le président de la Commission de l'UA a ajouté qu'il espérait que la nouvelle architecture de paix et de sécurité que l'Afrique est en train de construire allait permettre de mettre fin aux conflits interminables et de consolider la paix sur le continent.
L'UA a déclaré l'année 2010, année de la paix et de la sécurité et a adoptén en décembre dernier un Pacte de non-agression africain pour assurer la paix sur le continent.

31 janvier 2010 12:02:00




xhtml CSS