Persistance du phénomène du travail des enfants au Burkina Faso

Ouagadougou, Burkina Faso (PANA) – Le Burkina Faso commémore, le 16 juin prochain, la Journée mondiale contre le travail des enfants alors qu’un rapport sur le phénomène élaboré en 2014, fait ressortir que le pays demeure «un pays pourvoyeur de transit et de destination pour les enfants trafiqués à des fins du travail forcé et de l'exploitation sexuelle».

Au Burkina Faso, les activités commémoratives de la Journée mondiale contre le travail des enfants se tiendront en différé, le 16 juin 2015 à Ouagadougou, autour du thème «Non au travail des enfants, oui à une éducation de qualité !», sous le patronage du ministre de la Fonction publique, du Travail et de la Sécurité sociale, indique un communiqué gouvernemental.

Selon un rapport du ministère en charge de l’Action sociale, des enfants burkinabè sont trafiqués en Côte d'Ivoire, au Bénin, au Ghana, au Nigeria et au Mali. Les garçons trafiqués à l'intérieur du pays sont employés comme travailleurs forcés dans l'agriculture ou employés comme domestiques, ouvriers métalliques, menuisiers. Les filles travaillent notamment comme domestiques et vendeuses; aussi, elles sont également soumises à la prostitution forcée.

Le document indique que 35,7% des personnes qui travaillent sur les sites d'orpaillage sont des enfants (06 à 17 ans). Un enfant sur deux y habite avec tous les dangers que cela comporte. Ils sont tous des enfants d'âge scolarisable, mais seulement un sur trois d'entre eux sont au primaire. Ces derniers combinent l'école et les travaux sur les sites au début, puis au fil du temps abandonnent l'école.

Les nouvelles autorités ont souligné que 2015 est une année importante dans la lutte contre le travail des enfants et ses pires formes, car disent-elles, cette année marque également la fin de la mise en œuvre du premier plan d’action national de lutte contre les pires formes de travail des enfants.

«C’est donc une année de bilan et de réflexion pour un réajustement de l’orientation des interventions en matière de lutte contre le travail des enfants dans notre pays», ont-elles rappelé.

Le gouvernement de la transition a dit saisir cette opportunité pour appeler tous les acteurs à plus d’engagement en vue de créer un monde où les parents travaillent et où les enfants vont à l’école.

L’Organisation internationale du Travail a décidé depuis 2012, de faire du 12 juin, la Journée mondiale contre le travail des enfants en vue d’attirer l’attention sur la nécessité urgente d’abolir les pires formes de travail des enfants, rappelle-t-on.
-0- PANA NDT/IS/IBA 12juin2015








12 juin 2015 13:55:50




xhtml CSS