Patassé déplore les promesses non tenues

Bangui- Centrafrique (PANA) -- Le président Ange Félix Patassé a déploré devant le corps diplomatique, le fait que la communauté internationale n'ait pas tenu toutes ses promesses envers la Centrafrique après la signature, en 1998, sous l'égide des Nations Unies, du pacte de réconciliation nationale, selon son porte-parole, M.
Prosper Ndouba.
Recevant mardi les membres du corps diplomatique accrédités à Bangui, suite à la tentative de coup d'Etat du 28 mai dernier, M.
Ndouba a indiqué que le président Patassé s'était félicité de la condamnation du coup de force par la communauté internationale, tout en regrettant que celle ci n'ait pas encore mis en oeuvre les résolutions du Conseil de sécurité sur l'assistance à apporter à la RCA pour la restructuration de ses forces armées.
Le porte-parole du chef de l'Etat centrafricain a laissé entendre que l'absence de contribution financière de la part de la communauté internationale n'était pas étrangère à la situation difficile que connaît la Centrafrique et qui se traduit notamment par 27 mois d'arriérés de salaires.
M.
Prosper Ndouba a par ailleurs indiqué que le président Patassé avait saisi l'occasion de la rencontre avec les diplomates pour préciser qu'il n'accusait pas le gouvernement français de complicité avec l'ex-général Kolingba dans la tentative de coup d'Etat, mais plutôt "la France mercenaire".
Selon lui, le chef de l'Etat centrafricain n'a fait qu'exprimer son étonnement que les caisses contenant les armes découvertes au domicile de M.
Lilingba portent le drapeau français.

27 juin 2001 12:39:00




xhtml CSS