Pas de grand changement attendu du sommet de l'UA, selon un diplomate angolais

Syrte- Libye (PANA) Le ministre angolais des Rela-tions extérieures, Assunçمo dos Anjos, a exclu mardi à Syrte (centre de la Libye), toute possibilité de voir des changements significatifs dans les positions manifestées jusqu'à présent concernant le projet de transformation de la Commission de l'Union africaine (CUA) en Autorité africaine, lors du prochain sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union africaine (UA) prévu du 01 au 03 juillet dans cette même ville libyenne.
Le chef de la diplomatie angolaise s'adressait aux journalistes angolais qui l'accompagnent à Syrte pour couvrir les travaux préparatoires du 8ème sommet ordinaire de l'UA.
Il a, à cette occasion, rappelé que le manque de consensus à ce sujet avait amené les chefs d'Etat africains, réunis au sommet en février 2009 à Addis- Abeba (Erhiopie), à charger le Conseil exécutif (CE) de l'organisation d'effectuer "des études approfondies" sur les modalités de son application.
Ces études avaient abouti à la réalisation de la 7ème session extraordinaire du CE en avril 2009 à Tripoli, la capitale libyenne, qui a recommandé entre autres, que le nouvel organe ait "un caractère strictement intergouvernemental".
"Cela équivaut à maintenir une structure similaire à l'UA en tant qu'association d'Etats souverains et indépendants et non en tant qu'un organe ayant des pouvoirs supranationaux et politiques fédéralistes", a souligné Assunçمo dos Anjos.
Le ministre angolais des Relations extérieures a réitéré que l'Angola maintenait sa position en faveur de la création des conditions permettant de s'acheminer "lentement" jusqu'à en arriver à une union économique avant d'atteindre une union politique.
Le diplomate angolais a estimé que la pertinence de cette approche résidait dans le fait qu'une véritable union politique "ne se crée pas par décret".
"D'ailleurs, le groupe d'Etats membres de l'UA favorables à cette option, qui se sont vus ipso facto appelés des ++gradualistes++, est encore majoritaire, comme ils l'ont exprimé dans les recommandations (de la réunion) de Tripoli", a-t-il ajouté.
Assunsمo dos Anjos a martelé que toute position qui serait adoptée lors du sommet de Syrte "ne pourra pas exclure" les décisions prises lors de la réunion extraordinaire de Tripoli du CE qui regroupe les ministres des Affaires étrangères des pays membres de l'UA.
De l'aveu du chef de la diplomatie angolaise, il s'agit des "recommandations rationnelles et assez fondées" et conçues pour permettre à la future Autorité de l'Union africaine (AUA) de travailler en étroite collaboration avec les Communautés économiques régionales (CER).
Une telle coopération entre la future AUA et les CER permettrait "une grande efficacité dans l'analyse et le développement des stratégies à mettre en oeuvre au niveau continental", a conclu M.
dos Anjos.

30 juin 2009 22:21:00




xhtml CSS