Pas d’activités économiques dans la ville d’Abidjan quadrillée par l'armée

Abidjan, Côte d’Ivoire (PANA) - Au lendemain des affrontements meurtriers à l’intérieur de la Côte d'Ivoire et à Abidjan, la capitale économique, un calme plat règne ce vendredi dans la métropole ivoirienne, où les activités économiques tournent au ralenti, alors que l’armée est fortement présente à tous les recoins de la ville, a constaté sur place la PANA.

De Yopougon, à Adjamé, en passant par Treichville, Koumassi et dans les autres communes d'Abidjan, habituellement bouillantes de monde, c’est le calme plat.

« Avec ce que nous avons vu jeudi, nous avons préféré garer nos véhicules, pour plus de sécurité », a souligné Shérif, chauffeur de taxi à Abidjan.

Comme lui, plusieurs autres conducteurs et propriétaires de taxis communaux et intercommunaux ainsi que des mini-cars de transport en commun, ‘’Gbakas’’, ont garé leurs véhicules.

Les rues sont désertes et seuls quelques courageux usagers circulent devant un détachement impressionnant des Forces de défense et de sécurité (FDS), à tous les coins de rues.

Jeudi, la Côte d’Ivoire avait été le théâtre de violences meurtrières, à la suite d’une marche initiée par le camp du candidat proclamé vainqueur du second tour de la présidentielle ivoirienne par la Commission électorale indépendante (CEI), Alassane Ouattara, pour aller installer les nouveaux responsables de la télévision ivoirienne nommés par le gouvernement de ce dernier.

En soutien à cette marche d’Abidjan, les partisans d’Alassane se sont également mobilisés dans les villes de l’intérieur.

L’interposition des éléments des FDS pour les disperser a fait plusieurs victimes dont environ 20 morts et de nombreux blessés, selon le gouvernement du président sortant Laurent Gbagbo.

Le camp de Ouattara a publié de son côté un bilan de 32 morts et appelle, en dépit de ces tueries, les militants à marcher sur la Primature ce vendredi.

-0- PANA GB/TBM/IBA  17déc2010

17 décembre 2010 15:31:04




xhtml CSS