Oxfam invite les dirigeants africains à faire de la paix dans l'est de la RDC une priorité

Addis-Abeba, Ethiopie (PANA) – Les chefs d'Etat et de gouvernement africains, lors du 20ème sommet ordinaire de l'Union africaine (UA), doivent prendre des mesures audacieuses pour le retour de la paix dans l'est de la République Démocratique du Congo (RDC), a déclaré vendredi l'agence humanitaire internationale, Oxfam.

En invitant l'UA à intensifier d'urgence sa réaction aux "énormes souffrances humaines dans cette région", l'agence a déclaré que depuis que le groupe armé du "M23" s'est retiré de Goma après avoir pris cette ville en novembre dernier, la communauté internationale a détourné son attention de ce conflit.

Selon Oxfam, les populations fuient toujours les attaques contre leurs villages et les extorsions et pillages quotidiens par plus de 25 groupes armés.

Dans le seul Nord Kivu, près d'un million de personnes ont été déplacées et n'ont accès qu'à des services de base minimum et sont très peu protégées contre les violences.

"Des années de politiques internationales dans l'est de la RDC n'ont pas réussi à mettre fin aux souffrances des populations et il est désormais temps pour l'UA de passer à la vitesse supérieure", a déclaré le chef du bureau d'Oxfam auprès de l'UA, Désiré Assogbavi.

"Les prochains jours offriront une opportunité cruciale aux dirigeants de notre continent de mettre fin à cette crise inacceptable. Les vies de centaines de milliers de citoyens africains sont en jeu", a-t-il ajouté.

Une récente enquête d'Oxfam autour de la ville de Masisi dans le Nord Kivu a révélé que des dizaines de milliers de personnes vivent dans la terreur.

Des points d'eau et des infrastructures ont été détruits et le choléra et d'autres maladies se propagent rapidement alors que les agences d'aide n'ont pas été en mesure de réagir de manière adéquate à la situation en raison des combats.

Il y a désormais plus de 60 camps dans la région alors que les populations fuient les attaques des groupes armés et qu'Oxfam intensifie ses opérations à Rubaya, où plus de 40.000 personnes ont trouvé refuge dans un camp où il n'y a pas d'eau potable.

D'après Oxfam, 15.000 personnes déplacées vivent toujours dans des camps autour de la ville de Goma.

En outre, Oxfam a invité l'UA à renforcer son soutien et à appuyer la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs - formée de 12 pays africains - afin de trouver une solution à cette crise.

"Malgré les souffrances, il y a désormais une véritable opportunité pour la paix et la stabilité et l'UA doit saisir cette chance. Nos dirigeants doivent envoyer un message d'espoir et de paix aux centaines de milliers de déplacés à travers tout l'est de la RDC", a déclaré M. Assogbavi.

La RDC est l'un des plus grands pays d'Afrique subsaharienne et l'impact de cette crise a des conséquences sur la stabilité du reste du continent, a souligné l'agence humanitaire.

Plus de 500.000 réfugiés congolais sont toujours dans les camps en Ouganda et au Rwanda et ces dernières semaines des milliers d'autres ont traversé la frontière.
-0- PANA AR/VAO/FJG/TBM/SOC 25jan2013

25 janvier 2013 21:14:21




xhtml CSS