Ouverture du 18ème Sommet de l'UA à Addis-Abeba

Addis-Abeba, Ethiopie (PANA) - Le 18ème sommet de l'Union africaine (UA) s'est ouvert ce dimanche à Addis-Abeba, en Ethiopie, pour discuter de questions continentales pressantes et trouver de nouveaux moyens de relancer le commerce régional.

Le Soudan du Sud, plus jeune membre de cette organisation de 54 Etats, assiste à son premier sommet officiel, alors qu'une crise couve avec son voisin du Nord sur les termes de l'exportation du pétrole brut par le Port du Soudan à la frontière Nord.

Une tentative des dirigeants de la région de trouver une solution à cette crise avec son voisin du Nord à propos du partage des revenus pétroliers pour l'utilisation des infrastructures de transport, s'est révélée vaine, après que le président sud-soudanais, Salva Kiir, a déclaré qu'il lui fallait plus de temps pour consulter la délégation sur cette proposition.

Les détails exacts de l'accord, actuellement négocié avec l'aide de l'équipe de médiation de l'Union africaine, ne sont pas encore disponibles.

Mais le Premier ministre éthiopien, Meles Zenawi, a déclaré que les défis à long terme à surmonter dans l'intérêt de la stabilité et des deux Eats soudanais avaient été identifiés.

Le président soudanais, Omar el-Béchir, qui fait l'objet d'un mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale (CPI), le tribunal international chargé des poursuites pour les crimes contre l'humanité et le génocide, devrait également se retrouver face à face avec le nouveau Procureur de la CPI, la Gambienne Fatou Bensouda.

Le nouveau Procureur se trouve au Sommet de l'UA, mais en tant qu'observatrice, son statut ne lui permettant pas d'assister aux débats sur l'agenda du Sommet de l'UA autres que les déclarations publiques d'ouverture et de clôture.

La crise en Afrique du Nord, qui a abouti au départ forcé de vétérans au pouvoir et plongé la plupart des pays dans une période de transition instable, devrait dominer les discours d'ouverture.

Les chefs d'Etat et de gouvernement sont réunis dans une salle du Centre de conférences de l'UA, un cadeau de 200 millions de dollars de la Chine, pour discuter de la composition de la prochaine Commission et de la prochaine présidence de l'UA.

Le président béninois, Yayi Boni, devrait assumer cette présidence en remplacement du président de la Guinée équatoriale, Teodoro Obiang Nguema.

Le Sommet s'est ouvert sur une minute de silence à la mémoire des dirigeants africains décédés ces six derniers mois, notamment l'éminent défenseur de l'intégration, Mouammar Kadhafi, dont le rêve de faire de l'Afrique un seul pays sera examiné lundi.

Les dirigeants ont également planté un arbre en souvenir de la défunte militante kenyane de l'environnement, Wangari Maathai, décédée après une bataille contre un cancer des ovaires.
-0- PANA AO/VAO/FJG/JSG/IBA 29jan2012

29 janvier 2012 10:06:26




xhtml CSS