Ouverture à Charm el-Cheikh du 11ème sommet de l'UA

Charm el-Cheikh- Egypte (PANA) – La 11ème Conféren-ce des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union africaine a débuté ses travaux ce lundi à Charm el-Cheikh, en Egypte, avec pour thème principal: "Atteindre les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) relatifs à l'eau et l'assainissement", a constaté sur place la PANA.
Près de trente-cinq chefs d'Etat et de gouvernement africains et plusieurs invités de marque dont le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abass et le Secrétaire général de la Ligue arabe, Amr Moussa, ont assisté à la cérémonie d'ouverture.
L'attraction du jour a été sans doute la présence du président Robert Mugabe du Zimbabwe.
Réélu après une élection très contestée, M.
Mugabe, qui a prêté serment dimanche, est arrivé au petit matin à Charm el-Cheikh pour se joindre à ses pairs africains, qui réclament un débat sur la crise zimbabwéenne.
Cible de toutes les critiques, M.
Mugabe n'a pas eu droit aux félicitations du président en ewercice de l'Union africaine et de la Tanzanie, Jakaya Kikmete, dans son discours d'ouverture.
Ce dernier a plutôt rendu hommage au peuple zimbabwéen pour les souffrances qu'il endure du fait de la crise.
Le président Kikwete a lancé un appel pour la conjugaison de tous les efforts afin de trouver une solution durable au Zimbabwe, félicitant la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC) et saluant surtout la médiation de l'Afrique du Sud.
Quant au président égyptien, Hosni Moubarak, il a mis l'accent sur le fait que les conflits constituent le plus grand défi pour le continent, ajoutant que 60 pour cent des points inscrits à l'ordre du jour des réunions du Conseil de sécurité des Nations unies sont consacrés aux crises africaines.
Le président égyptien reste convaincu qu'il "ne peut y avoir de développement sans paix et de progrès sans stabilité".
Pour sa part, le président de la Commission de l'UA, Jean Ping, a mis en avant le contexte international marqué par "une multiplicité de problèmes et défis".
Entre autre, il a cité les crises alimentaires et énergétiques, le climat.
"S'il s'agit-là de problèmes qui affectent tous les pays du monde, notre continent, du fait de ses fragilités, n'en reste pas moins plus exposé que les autres", a-t-il déclaré.
Au cours de leur session, les chefs d'Etat et de gouvernement auront à examiner le rapport de la première réunion du Comité des douze (dirigeants) sur le projet de gouvernement continental, notamment les résultats de la 11ème session extraordinaire du Conseil exécutif de l'UA sur l'audit de l'organisation tenue à Arusha les 6 et 7 mai derniers et les recommandations sur le gouvernement de l'Union.
De même, ils examineront le rapport sur l'Etat de mise en oeuvre du programme d'intégration régionale et continentale et le projet d'instrument juridique unique sur la fusion de la Cour de justice de l'Union africaine et de la Cour africaine des droits de l'Homme et des peuples.
Autres dossiers soumis à l'appréciation des chefs d'Etat et de gouvernement, le rapport de la Commission sur l'utilisation du principe de juridiction universelle par certains Etats non-africains et celui de la mise en oeuvre du Nouveau partenariat pour le développement économique de l'Afrique (NEPAD).
Le rapport du Conseil de paix et de sécurité sur la situation sécuritaire en Afrique fera aussi l'objet d'un examen minutieux par la Conférence des chefs d'Etat et de gouvernement.
Le sommet, qui prend fin mardi, sera sanctionné par une déclaration et des décisions.

30 juin 2008 10:25:00




xhtml CSS