Ouverture à Bruxelles des Journées européennes du développement

Bruxelles, Belgique (PANA) - « Bâtir un monde meilleur pour les femmes, c’est bâtir un monde meilleur pour tous », a affirmé, mardi, Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, à l’ouverture des 12èmes Journées européennes du développement (JED), devant plusieurs chefs d’Etat africains, parmi lesquels Joao Lourenço, président de l’Angola, Georges Weah, président du Liberia, Mahamadou Issoufou, président du Niger, Roch Christian Kaboré, président du Burkina Faso, Paul Kagame, président du Rwanda et président en exercice de l’Union africaine (UA).

Les 12èmes journées des JED ont été placées sous le thème « Les femmes et les jeunes filles au cœur du développement durable: protéger, autonomiser et investir ».

Pour l’Union européenne, il s’agit notamment de mener la lutte contre les violences faites aux femmes et favoriser leur émancipation.

Le vice-président de la Commission européenne, Frans Timmermans, a participé à un panel de haut niveau consacré à l’augmentation de la représentation des femmes dans les instances de prise de décision, tandis que Mme Federica Mogherini, Haute représentante de l’UE pour la Politique extérieure et de Sécurité commune (PESC), a dirigé un panel de jeunes leaders sur l’avancement de l’égalité des sexes dans le monde.

Dans le discours qu’il a prononcé lors de l’inauguration des 12èmes Journées européennes du Développement, Mahamadou Issoufou, le président du Niger, a détaillé le programme de son gouvernement pour l’émancipation de la femme et spécialement de la lutte menée dans son pays contre les naissances multiples par femmes dont la moyenne reconnue est de huit enfants par femme. On se rappellera à cet égard, de la célèbre remarque faite par le président français, Emmanuel Macron, qui avait déploré, dans son discours à l'université de Ouagadougou, que la croissance démographique soit plus élevée que la croissance économique, ce qui engendre d’énormes difficultés pour le développement de l’Afrique.

Les Journées européennes du Développement connaissent un succès de foule avec des milliers de visiteurs venus d’Europe, mais aussi des pays plus lointains comme le Pakistan, pays non nombre du Groupe des pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP).

Débats, discours, ateliers et autres animations se succèdent à un rythme effréné. Le chanteur sénégalais Youssou Ndour s’est produit devant les chefs d’Etat africains, de même que la chanteuse béninoise Angélique Kidjo qui entend devenir une militante féministe africaine. Elle a appelé les chefs d’Etat africains à prononcer moins de discours et à se consacrer plus à l’action.

Dans le courant de la journée, seront proclamés les lauréats du « Prix Lorenzo Nathalie"  pour le journalisme de développement.

Pour sa part, le commissaire Neven Mimica, en charge du Développement, a profité de la tenue des Journées européennes pour annoncer l’octroi d’une enveloppe financière de 50 millions d’euros au Burkina Faso, en présence du président de ce pays, Roch Christian Kaboré.
-0-PANA AK/BEH/IBA 05juin2018

05 juin 2018 14:30:35




xhtml CSS