Ouattara nomme un nouvel ambassadeur de la Côte d'Ivoire aux Nations unies

New York, Etats-Unis (PANA) - Alassane Ouattara, proclamé vainqueur du second tour de la présidentielle du 28 novembre en Côte d'Ivoire par la Commission électorale indépendante (CEI) et reconnu par les Nations unies, a nommé ce jeudi son ambassadeur auprès de l'ONU.

Le nouvel ambassadeur, Youssoufou Bamba, a présenté mercredi ses lettres de créance au secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon.

M. Bamba, qui s'est adressé jeudi aux journalistes en poste au siège des Nations unies à New York, a déclaré qu'il envisage de rencontrer tous les membres du Conseil de sécurité de l'ONU pour les mettre au courant de sa nomination.

"J'ai l'intention de rencontrer tous les 15 membres du Conseil de sécurité. Je vais les rencontrer tous pour leur expliquer la gravité de la situation en Côte d'Ivoire'', a-t-il dit.

Il a exprimé l'espoir que les Nations unies vont poursuivre leur soutien à la volonté populaire exprimée par les Ivoiriens, "afin d'empêcher sa violation et sa confiscation par d'autres personnes".

M. Bamba considère Ouattara comme "le président légitime de la Côte d'Ivoire'', et il a ajouté "qu'il a été élu à l'issue d'élections libres, démocratiques et transparentes. Les résultats ont été proclamés par la Commission électorale indépendante et certifiés par les Nations unies".

D'après lui,  "le débat est clos, il s'agit maintenant de savoir quand et comment Laurent Gbagbo va quitter le pouvoir".

Il a également révélé "une violation massive des droits de l'homme" avec plus de 170 personnes tuées lors des manifestations de rues à travers le pays.

"Nous sommes actuellement au bord du génocide. Il faut faire quelque chose", a ajouté l'ambassadeur.

La semaine dernière, l'Assemblée générale des Nations unies avait reconnu à l'unanimité,  M. Ouattara comme le président légitime de la Côte d'Ivoire et a décidé que la liste des diplomates qu'il soumettra à l'organisation sera reconnue comme les représentants officiels de la Côte d'Ivoire auprès des Nations unies.

Les Nations unies, l'Union africaine, la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) et l'Union européenne ont pris des sanctions diplomatiques et économiques contre le camp Gbagbo afin qu'il cède le pouvoir à Ouattara.

-0- PANA AA/BOS/ASA/TBM/SOC 30déc2010

30 décembre 2010 21:40:50




xhtml CSS