Oil Libya leader dans les hydrocarbures en Afrique

Syrte (Libye) - (PANA) -- Deuxième producteur africain de brut avec d'énormes réserves de pétrole et de gaz estimées respectivement à 60 milliards de barils et 1,5 milliard de mètres cubes, la Libye dispose de gigantesques moyens financiers.
Elle se révèle, du coup, l'un des pays les plus riches du continent ayant choisi de consentir d'importants investissements en Afrique, notamment dans le domaine de la distribution et de la commercialisation des produits pétroliers.
Forte de son expérience en Europe avec la compagnie Tamoil Group, la Libye s'est, depuis quelques années, tournée essentiellement vers le continent africain pour y étendre ses activités dans la distribution des hydrocarbures.
C'est ainsi qu'en 2007 elle a cédé 65 pour cent de ses parts dans cette compagnie au fonds d'investissement américain Colony Capital pour la somme de quatre milliards d'euros.
Le groupe Tamoil disposait notamment de trois raffineries en Europe et de 3.
000 stations-service en Italie, en Suisse, en Espagne et en Allemagne.
C'est dans ce cadre qu'a été créée, en 2008, la Oil Libya Holding Company dans l'optique d'étendre ses activités sur le continent africain et en Amérique latine.
Oil Libya Holding Company est placée sous la tutelle de la Libya Africa Portfolio (LAP), qui dispose d'un capital de huit milliards de dollars et qui engobe la Libyan Arab Africa Investment Company (LAAICO), la Libyan Africa Financial Company (LAFICO), Afriqiyah (la compagnie aérienne à vocation panafricaine) et la Banque sahélo- saharienne pour l'industrie et le commerce (BSIC).
Ainsi depuis deux ans, on perçoit les signes d'une nouvelle configuration du secteur de la distribution énergétique en Afrique, qui a connu son summum avec l'annonce, en 2010, par la compagnie pétrolière Oil Libya Holding Company, d'un investissement de deux milliards de dollars pour le rachat des activités de distribution des hydrocarbures de la compagnie Shell concernant 21 pays africains.
Dans sa volonté d'être plus présente en Afrique, Oil Libya a racheté en février 2008 Mobil Maroc, filiale d'Exxon Mobil, qui détient 10 pour cent du marché marocain de la distribution du carburant.
Elle a aussi investi dans la prospection pétrolière dans le royaume alaouite en reprenant, à hauteur de 65 pour cent, le fonds d'investissement américain Colony Capital.
En outre, Oil Libya a créé une société maroco-libyenne, baptisée Tamoil Sakia, qui compte investir 100 à 150 millions de dollars dans le domaine de la prospection pétrolière à Laâyoune, dans le Sahara marocain, ainsi que dans l'approvisionnement et la distribution des produits pétroliers dans la région.
L'acquisition de Shell Maroc, filiale marocaine de Royal Dutch Shell, place Oil Libya comme leader dans le royaume chérifien.
A la mi-2008, les enseignes Libya Oil font leur apparition à travers le Maroc.
Les points de distribution du pétrolier Exxon Mobil sont placés sous le giron du groupe libyen.
Ainsi au début de 2009, Oil Libya gère un réseau de 182 stations de distribution de carburant à travers le pays et dispose d'un grand réseau de revendeurs.
Le groupe pétrolier étatique libyen a acquis, en février 2008, les actions des sociétés Exxon Mobil Tunisie et Lubrifiants de Tunisie.
Ainsi, conformément à l'accord fixé au départ entre le groupe Libya Oil Holdings et le pétrolier américain Exxon Mobil, toutes les enseignes Exxon Mobil sur le site tunisien ont disparu au cours de l'année 2009 afin de céder leur place au sigle de marque Oilibya.
Oilibya Tunisie, qui dispose de plus de deux cents stations réparties sur l'étendue du territoire tunisien, procède à la distribution de ses produits à partir du dépôt de Radès (banlieue de Tunis), de Skhira (Sfax) et de Zarzis, au sud du pays.
Oil Libya Holding Company a également décidé d'investir en Egypte six milliards de dollars pour la construction d'une nouvelle raffinerie et la création de 500 stations d'essence.
La firme Libya Oil Holdings Limited a concrétisé aussi son entrée sur le marché de la distribution du carburant au Gabon par le biais de sa filiale, Libya Oil Gabon S.
A.
En effet, à Libreville, toutes les enseignes des stations-service "Mobil Oil" ont été remplacées par "Oilibya".
Une démarche similaire a été adoptée au Cameroun avec le rachat, par Oil Libya, des actions de Mobil Oil Cameroon.
Oil Libya Holding Company est déjà implantée dans une vingtaine de pays africains: Burkina Faso, Cameroun, Côte d'Ivoire, Djibouti, Egypte, Erythrée, Ethiopie, Gabon, Kenya, Mali, Maroc, Maurice, Niger, Nigeria, Ouganda, Sénégal, Soudan, Tchad et Tunisie.
En outre, la société approvisionne en kérosène 28 aéroports en Tunisie, au Maroc, au Cameroun, au Niger, au Sénégal, au Burkina Faso, au Mali, à Djibouti, en Ethiopie et au Soudan.
Oil Libya possède également 1.
250 stations de distribution d'essence qui emploient 2.
800 personnes dans ces différents pays africains, assurant un volume de vente de quatre milliards de litres par an pour une capacité de stockage de 450 millions de litres.
Le plan de développement des activités d'Oil Libya prévoit d'ici à 2012 la création de 3.
000 stations service avec de nombreuses usines et des dépôts, ainsi que la participation dans l'exploration pétrolière en Libye, au Tchad, au Soudan et au Bénin.
Ainsi, pour les responsables d'Oil Libya Holding Company, l'objectif visé à travers ces investissements et ces activités sur le continent est d'asseoir une coopération Sud-Sud de nature à préserver les intérêts des deux parties et faire bénéficier des avantages de ces investissements et des prestations qui en découlent à leurs populations.
D'un autre côté, Oil Libya Holding Company veille à pratiquer des tarifs préférentiels dans les pays où le groupe est installé tout en oeuvrant à ouvrir les capitaux des sociétés créées localement aux nationaux afin de les associer à la gestion de l'économie de leur pays et leur faire bénéficier des dividendes de la croissance et des gains réalisés.

10 octobre 2010 11:49:00




xhtml CSS