Obasanjo approuve les 0,5% des ressources pour le budget de l'UA

Addis-Abeba- Ethiopie (PANA) -- Le chef de l'Etat nigérian, Olusegun Obasanjo, nouveau président en exercice de l'Union africaine (UA), a déclaré jeudi à Addis-Abeba ,que la contribution de 0,5 pour cent des recettes brutes annuelles demandée à chacun des 53 membres de l'Union pour financer le budget global de l'organisation panafricaine, lui paraissait de nature à permettre la réalisation des projets retenus par la Commission et inscrits au Plan d'action 2004/2007.
"Si nous consacrons effectivement, chacun 0,5 pour cent de nos ressources annuelles au budget de l'Union africaine, nous serons en mesure d'assurer le financement de tous nos projets", a déclaré le président Obasanjo.
Il s'exprimait au cours d'une conférence de presse à l'issue de la 3ème session ordinaire de l'Assemblée générale de l'UA qui s'est achevée jeudi dans la capitale éthiopienne.
Selon le nouveau président en exercice de l'UA, bien que l'Aide publique au développement (APD) soit passée de 16 à 20 milliards de dollars, elle est loin de couvrir les besoins des pays africains en matière de développement estimés à quelques 64 milliards de dollars.
Il a souligné la nécessité pour les Etats membres de l'organisation continentale de fournir des ressources additionnelles à la Commission, soutenant que ces moyens pourraient être mobilisés de plusieurs manières.
Cela, a-t-il dit, pourrait passer notamment par la diminution des subventions que l'Union européenne accorde annuellement à ses agriculteurs et par la remise de tout ou partie de la dette globale contractée par l'Afrique.
Selon le chef de l'Etat nigérian, si les pays membres de l'Union européenne acceptaient de réduire de 25 pour cent seulement la subvention quotidienne, estimée à 1 milliard de dollars, qu'elle accorde à ses agriculteurs pour la donner à l'Afrique, le continent pourrait bénéficier de 90 milliards de dollars de ressources supplémentaires.
Prenant l'exemple de son pays, le Nigeria, il a révélé que celui- ci consacrait annuellement 1,5 milliard à 2 milliards de dollars au remboursement de sa dette.
"Avec cet argent, nous pouvons faire beaucoup de choses, notamment en matière d'éducation et de santé", a affirmé le nouveau président en exercice de l'UA.
Il a toutefois estimé que la priorité des priorités des pays africains restait la sécurité et la stabilité.
"Tant qu'il y aura des problèmes en matière de paix et de sécurité en Afrique, nous aurons beaucoup de mal à mettre en oeuvre nos projets en matière de développement", a dit le président Obasanjo.

08 juillet 2004 15:44:00




xhtml CSS