ONUSIDA sollicite ressources et efforts en faveur de l'objectif "Traitement 2015"du VIH/SIDA

Abidjan, Côte d'Ivoire (PANA) - Le directeur exécutif de ONUSIDA, M. Michel Sidibé, estime que l'Afrique,  qui rassemble le plus grand nombre de malades du SIDA, devra, dans la phase post-OMD, s'engager à atteindre 00 décès lié au VIH/SIDA, à travers la réduction des besoins non satisfaits en termes de traitement et de prévention.

M. Michel Sidibé faisait cette déclaration ce jeudi à Abidjan (Côte d'Ivoire) en marge d'un Forum de ONUSIDA sur "Médias et VIH/SIDA",organisé par le Bureau régional Afrique de l'Ouest et du Centre de ONUSIDA à l'intention des médias de ces deux régions africaines.

Le directeur exécutif de ONUSIDA fonde ses espoirs sur les progrès enregistrés ces dernières années faisant passer le traitement des porteurs du virus de 18 comprimés d'Antiretroviraux par jour, à 1 comprimé par jour, avec le ferme souhait de voir très bientôt  le traitement ramené  à 1 comprimé tous les 4 mois, avec toutefois une efficacité plus accrue.

"Atteindre l'objectif 2015 relève d'un parcours difficile", affirme M. Michel Sidibé, qui se réfère à l'objectif fixé en 2011 par les États membres des Nations unies et selon lequel 15 millions de personnes devraient avoir accès au traitement à cette échéance.

Mais au regard de l'engagement dont témoignent les parties prenantes à la lutte contre la pandémie du SIDA, le directeur exécutif de ONUSIDA rappelle aux États ainsi qu'aux partenaires le "besoin urgent et stratégique d'efforts et d'investissement des ressources, afin de s'assurer que chacun ait accès aux services de prévention et de traitement",

Cette nouvelle orientation est contenue dans le nouveau rapport intitulé "Traitement 2015"et prévu pour être lancé ce samedi à Abuja (Nigeria), dans le cadre de la réunion des chefs d'Etat et de gouvernement africains, qui doit se tenir du 12 au 16 juillet 2013, en vue d'évaluer les progrès enregistrés dans la lutte contre la pandémie du SIDA, la tuberculose et le paludisme.

Dénommé "Abuja 12", ce sommet offre l'opportunité de rappeler aux leaders africains la promesse qu'ils avaient faite, il y a 12 ans, d'intensifier la lutte contre le VIH/SIDA, la tuberculose et le paludisme, en accordant 15% des budgets nationaux à la Santé.
-0- PANA SSB/IBA 12juillet2013

12 juillet 2013 00:13:21




xhtml CSS