ONU : Les enfants paient le plus lourd tribut à la violence au Burundi (UNICEF)

New York, Etats-Unis (PANA) – Après les 17 enfants tués et plusieurs autres blessés dans la crise au Burundi, le Fonds des Nations Unies pour l'enfance, (UN Children's Fund, UNICEF) a affirmé mercredi que l'avenir des enfants burundais est compromis par l'escalade de la violence dans le pays.

"Les enfants ne doivent pas payer le tribut le plus lourd à la crise au Burundi", a indiqué le communiqué de la directrice régionale de l'UNICEF pour l'Afrique australe, Mme Leila Gharagozloo-Pakkala. "L'UNICEF est très préoccupé par les effets de la violence et de la pauvreté croissante et de la vulnérabilité sur les enfants".

Selon elle, depuis le début de la crise au Burundi en avril, les violations aux droits de l'enfant se sont multipliées et ils sont pris dans l'étau des combats et des raids violents, avec leurs écoles qui sont touchées par les explosions de grenade et plus de 100 enfants sont arbitrairement détenus des fois pendant de longues périodes avec des détenus adultes.

"La loi burundaise établit clairement le respect pour les droits des enfants et la protection
des enfants contre la violence. De telles lois doivent être respectées", a-t-elle indiqué.

Mme Gharagozloo-Pakkala a annoncé que les prix des denrées alimentaires dans la région ont sensiblement augmenté avec plus de quatre enfants burundais sur cinq vivant déjà avec moins de 1,25 dollar américain par jour, ce qui rend difficile pour plusieurs familles, de nourrir correctement leurs enfants.

Elle a également soulevé des préoccupations relatives à la pénurie de médicaments essentiels pour les enfants et leurs mères, et a souligné la nécessité d'accroître les investissements en faveur des enfants.

"Les financements sont d'une extrême urgence, maintenant plus que jamais pendant ces moments de troubles", a-t-elle souligné.

L'UNICEF estime que plus de 200.000 Burundais ont fui leur pays pour se rendre en Tanzanie, au Rwanda, en Ouganda et en république démocratique du Congo, parmi lesquels 6.000 enfants sont non accompagnés ou séparés de leurs parents.

L'UNICEF a également annoncé que ces enfants sont confrontés à des terrains montagneux et à des points de contrôle de sécurité dans leur fuite du Burundi et aux dangers relatifs aux abus sexuels, au trafic d'êtres humains ou à la violence.

Elle a indiqué qu'un grand nombre de personnes déplacées internes résident actuellement dans la province de Makamba, à la frontière avec la Tanzanie.

Au même moment l'ONU et ses partenaires se préparent à un flux imminent de déplacés dans les pays voisins, ce qui va affecter les problèmes humanitaires en cours tels que les soins de santé, l'éducation et l'eau potable.

L'UNICEF a lancé un appel pour 25 millions de dollars américains pour financer sa réponse humanitaire en faveur des enfants affectés par la crise au Burundi, ce qui peut faciliter les services de secours et d'assistance en faveur des enfants au Burundi et aussi des réfugiés burundais en Tanzanie, au Rwanda et en RD Congo.

Elle a ajouté que l'appel a difficilement couvert un quart des besoins.

Selon les prévisions du Fonds monétaire international (FMI), l'économie burundaise va connaître une baisse de 7,2% cette année, et cela va ajouter une pression accrue sur le budget du gouvernement et les services sociaux dans le pays.
-0- PANA AA/AR/ASA/IS/SOC 18nov2015

18 novembre 2015 18:18:33




xhtml CSS