Nouveau recensement des fonctionnaires en Côte d'Ivoire

Abidjan- Côte d'Ivoire (PANA) -- L'opération de recensement des fonctionnaires et agents de l'Etat ivoirien, lancée depuis près de deux semaines par le ministère ivoirien de l'Economie et des Finances en collaboration avec son homologue du Travail, de la Fonction publique et de la Réforme administrative, est diversement interprétée en Côte d'Ivoire.
Ce recensement, le troisième du genre en moins de six ans, est cette fois conduit par un cabinet privé, contrairement aux deux précédents qui étaient menés par les différents chefs de service de l'administration ivoirienne.
Les raisons officielles de cette opération s'articulent autour de "la maîtrise des effectifs" de la fonction publique ivoirienne, "la maîtrise de la masse salariale" et "la création des bases d'élaboration d'un fichier unique" de tous les fonctionnaires et agents de l'Etat.
Les différents gouvernements qui se sont succédés depuis un certain temps en Côte d'Ivoire n'ont jamais pu maîtriser les effectifs des fonctionnaires et agents de l'Etat, indique-t-on.
On avance tantôt les chiffes de 110.
000, 100.
000, 90.
000 fonctionnaires, ce qui fait qu'on a jamais su, réellement, ce que l'Etat dépensait par an pour payer ses travailleurs.
L'actuel ministre du Travail, de la Fonction publique et de la Réforme administrative, M.
Hubert Oulaye, estime raisonnable le nombre de 100.
834 fonctionnaires et agents de l'Etat.
En tenant compte de cette donnée, ce sont plus de 500 milliards de FCFA (690.
295.
232 dollars) que l'Etat débourse annuellement pour le paiement de ses fonctionnaires.
C'est pour "maîtriser ces effectifs" afin de "mieux contrôler la masse salariale", que cette nouvelle opération a été lancée, indique-t-on de source officielle.
Déjà, en 1996, le gouvernement du Premier ministre Daniel Kablan Duncan avait initié une opération de recensement qui avait permis de découvrir 3.
000 fonctionnaires et agents de l'Etat fictifs.
Cette découverte avait permis à l'Etat d'économiser environ 7 milliards de FCFA sur la masse salariale.
En l'an 2000, un autre recensement avait permis la découverte de 1.
000 autres fonctionnaires et agents de l'Etat fictifs, soit une économie de près d'un milliard de FCFA sur la masse salariale.
Les principaux concernés, les fonctionnaires et les agents de l'Etat, déplorent notamment le caractère "rigoureux et pénalisant" de la mise en garde faite récemment par le président du Comité de pilotage de l'opération de recensement, M.
Clément Elloh.
Ce dernier avait averti les fonctionnaires en ces termes : "Nous attirons votre attention sur le fait que tout fonctionnaire ou agent de l'Etat non recensé ne figurera pas sur le fichier unique et, par conséquent, ne sera pas payé".
"Le ton menaçant du responsable de l'opération cache sans doute quelque chose qui ne dit pas son nom.
Sinon, pourquoi, une telle fermeté pour un simple recensement des travailleurs de l'Etat ?", s'interroge un fonctionnaire.
On rappelle que des agents des services de l'Etat ont engagé, depuis janvier 2002, un bras de fer avec le gouvernement dans le but d'obtenir une révision à la hausse de leurs salaires, compte tenu de la cherté de la vie en Côte d'Ivoire ces derniers temps.
Les prix des denrées de grande consommation ont connu une augmentation moyenne de 25 pour cent, indique-t-on.

17 Abril 2002 14:45:00




xhtml CSS